«Assez qu’on se mêle de nos vies et de nos corps»: les femmes partent en grève ce 8 mars

© Photo News
© Photo News

Le coup d’envoi de la première grève pour les droits des femmes a été donné ce vendredi matin. À l’initiative du Collecti.e.f 8 mars, les femmes sont appelées à faire la grève du travail salarié, du soin aux autres, de la consommation ou étudiante en cette Journée internationale des droits des femmes. Plusieurs dizaines de femmes, habillées en mauve, sont rassemblées depuis 9h au carrefour de l’Europe, devant la gare de Bruxelles-Central.

«  Grève de l’utérus », «  Contre le patriarcat mondial », «  Assez qu’on se mêle de nos vies et de nos corps », les pancartes fleurissaient vendredi matin au carrefour de l’Europe.

Journée des droits des femmes : le travail à temps partiel, une affaire de dames

Les femmes, la cible de nombreuses discriminations

«  Quand les femmes sont en grève, le monde est par terre. C’est à partir du travail gratuit assumé par les femmes que la société patriarcale tient », dénonce cette gréviste, affublée d’une toge blanche et d’une mitre. «  Je suis habillée ainsi car je suis contre toutes les religions patriarcales, misogynes, élitistes et machistes. Elles sont très conservatrices, surtout envers les femmes », s’exclame-t-elle.

La première grève des femmes est soutenue par certains syndicats, présents à Bruxelles vendredi matin. «  Les femmes sont discriminées dans le monde du travail avec l’écart salarial, les mesures de fin de carrière qui touchent surtout les femmes, les temps partiels… », explique Alice Mazy, responsable communication pour la CNE. «  Les travailleuses restent pauvres et il est important de montrer qu’on soutient les revendications du collectif. »

Une marche organisée à 17h

Jusque 17h, des actions de sensibilisation sont organisées au carrefour de l’Europe, comme des assemblées thématiques « sur la lutte contre le racisme, pour le climat et l’écologie, sur le travail salarié… »

« Un moment fort de complicité entre femmes »

La journée se poursuivra ensuite par une marche qui débutera à 17h devant la gare de Bruxelles-Central. D’autres actions sont également prévues dans certaines entreprises et universités à Bruxelles comme en Wallonie et en Flandre.

La première grève des femmes à Bruxelles en images

Environ 500 personnes mobilisées à Louvain-la-Neuve

Environ 500 personnes ont manifesté vendredi après-midi dans les rues de Louvain-la-Neuve pour dénoncer les discriminations multiples dont les femmes sont victimes en Belgique et dans le monde. Plusieurs associations avaient appelé à cette marche à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes.

Parmi les revendications remises à l’université figure la concrétisation d’une cellule destinée aux victimes de harcèlement et de violences sexuelles, ou encore l’autorisation pour les étudiants transgenres de pouvoir utiliser leur prénom social.

Les étudiants dénoncent le sexisme sur le campus de l’ULB

Entre 50 et 100 étudiants et chercheurs, majoritairement des femmes, se sont rassemblés vendredi à 12h30, sur le campus de l’Université libre de Bruxelles (ULB) à l’occasion de la Journée internationale pour les droits des femmes. «Ici, ce sont les revendications spécifiques à l’université, parce que nous y étudions, nous y travaillons, nous y vivons, mais n’oublions pas d’être solidaires avec les femmes du monde entier», a déclaré une participante.

Nos dernières informations en direct

Sur le mobile

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite