Grève du 8 mars: les étudiants dénoncent le sexisme sur le campus de l’ULB

© Belga
© Belga

Entre 50 et 100 étudiants et chercheurs, majoritairement des femmes, ont rejoint la première grève sur les droits des femmes vendredi à 12h30, sur le campus de l’Université libre de Bruxelles (ULB) à l’occasion de la Journée internationale de la femme.

En réponse à l’appel du Collecti.ef. 8 mars pour une grève totale des femmes, des chercheuses ont tenu un piquet de grève vendredi matin, à compter de 09h00, à l’entrée du campus du Solbosch. Elles ont distribué des tracts aux étudiants.

La grève des femmes en Belgique dépasse les cercles féministes

Des comportements sexistes de le part de promoteurs de thèse

Lors du rassemblement proprement dit, des chercheuses ont témoigné d’abus d’autorité et de comportements sexistes à leur égard de la part de leurs promoteurs de thèse. Une chercheuse en sciences a notamment parlé du manque de considération dont elle a été victime en tant que femme en comparaison à l’écoute réservée à son alter ego masculin et de remarques sexistes sur le physique de femmes.

Il a également été question de la difficulté pour les femmes d’oser parler en public et de la culpabilité ressentie lorsque la répartie manque au moment d’une attaque discriminante.

Journée des droits des femmes : le travail à temps partiel, une affaire de dames

Une liste de revendications

Le groupe a ensuite marché derrière une banderole portant le message «Etudiantes, Travailleuses, Toutes en grève». Il s’est rendu au rectorat pour déposer une liste de leurs revendications. Celles-ci visent notamment à contribuer à la lutte contre le sexisme sur le campus initiée par les autorités de l’université ou encore à faire remarquer que les stages sont plus généralement non rémunérés dans les filières plus féminines.

«Ici, ce sont les revendications spécifiques à l’université, parce que nous y étudions, nous y travaillons, nous y vivons, mais n’oublions pas d’être solidaires avec les femmes du monde entier», a déclaré une participante avant d’entonner le slogan «Solidarité avec les femmes du monde entier». Les étudiantes rejoindront la marche mondiale des femmes qui démarre à 17h du carrefour de l’Europe.

Nos dernières informations en direct

Sur le mobile

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite