Accueil Belgique Politique

François De Smet au «Soir»: «Modernisons la Constitution, écrivons une Nova Carta»

François De Smet, tête de liste Défi aux fédérales à Bruxelles, lance l’idée : « Loin des réformes de l’Etat traditionnelles, ouvrons grand le débat sur l’adaptation de notre Constitution aux évolutions de la société : droit à l’eau et l’énergie, référendum, laïcité, transparence des pouvoirs publics… Ecrivons une Nova Carta. »

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

Il justifie : « D’accord, c’est un peu une utopie, mais qui a les pieds sur terre. » Il ajoute : « Au moins, c’est un petit peu enthousiasmant. » Il poursuit : « J’ai l’impression qu’il y a un momentum, que l’on peut s’emparer du dossier maintenant… » François De Smet est novice en politique, il n’est pas naïf pour autant, il se voit en lanceur d’idées bien de son époque.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Poels Jean-pierre, samedi 9 mars 2019, 17:44

    …… et c'est un candidat de Défi (ex FDF) qui offre ça sur un plateau d'argent à la N-VA!

  • Posté par Naeije Robert, samedi 9 mars 2019, 16:33

    C'est non. Une constitution ne doit pas s'adapter aux idéologies à la mode.

  • Posté par Van Obberghen Paul, samedi 9 mars 2019, 15:03

    Une nouvelle constitution? Pourquoi pas. Mais dans ce cas, chargeons, comme cela s'est fait dans d'autres pays, comme l'Irlande (partielle) et la Finlande, un panel de citoyens tirés au sort pour ce faire sur le modèle proposé par David Van Reybrouck dérivé du modèle de Bouricius. Mais dans l'absolu, il faut que François De Smedt remette rapidement les pieds sur terre et intègre le fait que la Belgique n'est vraiment pas un pays comme les autres (et c'est cela qui fait tout son intérêt) et que ré-écrire voir même ouvrir à révision notre Constitution, c'est ouvrir la boîte de Pandore. Une fois de plus, pourquoi pas? Mais qu'on soit bien prêt à affronter toutes les conséquences, que, de toutes évidences François De Smedt n'a pas la possibilité, seul ou avec son parti, d'envisager.

  • Posté par Van Obberghen Paul, samedi 9 mars 2019, 14:54

    "une « convention citoyenne » ... composée avant tout de citoyens volontaires" Négatif. Citoyens tirés au sort, éventuellement, mais pas volontaires. Les citoyens ayant été tirés ayant évidemment le droit de refuser. Mais si on parle de volontaire, on aura toujours les mêmes dont la politisation et la corruption est beaucoup plus facile et vraisemblable.

  • Posté par Philippe Arnould, samedi 9 mars 2019, 13:07

    "Défi, déjà, a déposé une proposition de révision prônant l’interdiction de partis liberticides." Sachant qu'il n'existe aucun parti qui n'est pas liberticide, c'est un vaste programme.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs