Les femmes en grève manifestent à Bruxelles: «Maniques pour tou.s.tes» (direct)

En cette Journée internationale des droits de la femme, le Collecti.e.f 8 mars, qui rassemble autour de mêmes revendications différents syndicats et associations, a lancé un appel à la grève afin de montrer que, sans les femmes, le monde s’arrête. Une première en Belgique.

Les femmes étaient invitées à faire la grève ou accrocher un tablier à leur fenêtre, faire du bruit, s’habiller en mauve et point d’orgue de la journée manifester. Rendez-vous était donné à la gare centrale à Bruxelles.

Un millier de femmes à Bruxelles

Près d’un millier de femmes se sont rassemblées en musique en fin d’après-midi devant la gare centrale de Bruxelles, avant de prendre part à une «marche mondiale des femmes». Arborant un accessoire mauve pour la plupart, les participantes ont entamé à 17h30 le parcours qui les conduira jusqu’à la place du Luxembourg.

Dans la bonne humeur, environ un millier de femmes se sont élancées depuis la gare centrale pour «récupérer l’espace public», entre autres revendications portées par le Collecti.e.f 8 mars, avec le soutien de la CSC et de la FGTB. Outre le mauve, couleur associée au féminisme, le vert et le rouge des syndicats étaient bien visibles dans la foule, qui compte aussi plusieurs hommes.

« Mon corps est à moi »

«Solidarité avec les femmes du monde entier», crient les manifestantes. Leurs pancartes affichent des slogans comme «Mon corps est à moi», «Le féminisme n’a jamais tué» ou «Toutes unies, nous transformons la peur en force».

Manifestation à Bruxelles : «Quand les femmes s’arrêtent, le monde s’arrête»

Cette manifestation est organisée à l’issue de la première grève des femmes en Belgique.

Toute la journée, des activités de sensibilisation ont eu lieu Carrefour de l’Europe à Bruxelles et un peu partout dans le pays. À 14h00, chaque personne «s’identifiant et/ou étant identifiée comme femme» a été invitée à «faire du bruit», où qu’elle se trouve.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite