Algérie: des milliers de personnes manifestent contre un 5e mandat de Bouteflika (photos)

© Reuters
© Reuters

Des milliers de personnes se sont rassemblées dans le centre d’Alger pour le 3e vendredi consécutif, en vue de protester contre un 5e mandat d’Abdelaziz Bouteflika, malgré les mises en garde sur les risques de « chaos » lancées par le président qui refuse de céder.

Les manifestations coïncident avec la célébration du 8 mars, Journée internationale des Femmes, et nombre d’entre elles, de tous âges, figurent parmi les très nombreux manifestants continuant de converger vers la Place de la Grande-Poste, bâtiment emblématique du cœur de la capitale algérienne.

La place était noire de monde avant le départ prévu des cortèges qui s’ébranlent traditionnellement, depuis le début de la contestation le 22 février, à l’issue de la grande prière musulmane hebdomadaire, en début d’après-midi.

Un important déploiement policier

Les policiers, déployés en nombre, ne sont pas intervenus et aucun incident n’a été signalé. Un petit groupe de quelques centaines de jeunes a brièvement marché dans le calme dans les rues d’Alger.

Plusieurs véhicules anti-émeutes, dont un canon à eau, sont disposés près des lieux de rassemblements habituels. À chaque passage au-dessus d’eux de l’hélicoptère qui bourdonne dans le ciel d’Alger, les manifestants agitent leur drapeaux et sifflent.

Lors des précédentes manifestations, à l’exception de quelques heurts localisés en fin de rassemblements entre petits groupes de casseurs et policiers, les cortèges ont été pacifiques et se sont déroulés sans incident.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  2. POLITICS GOVERNMENT KING RECEIVES INFORMERS

    Coalition fédérale: les informateurs au Palais ce lundi sans avancée

  3. Emir Kir ne sait pas encore s’il introduira un recours contre la décision du Parti socialiste bruxellois.

    Le PS bruxellois tente d’éteindre l’incendie Kir

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite