Moins de cas d’agression aux départs des trains depuis la nouvelle procédure de départ

Moins de cas d’agression aux départs des trains depuis la nouvelle procédure de départ

Le changement de la «procédure de départ» des trains introduit par la SNCB en juin dernier semble porter ses fruits, selon une réponse du ministre François Bellot, en charge de la société des chemins de fer, à une question parlementaire de Jean-Jacques Flahaux. Le nombre de cas d’agression à l’encontre du personnel de bord à l’occasion des départs de trains a en effet connu depuis l’introduction de cette nouvelle procédure une «diminution significative», indique-t-il.

Selon la nouvelle procédure, le conducteur du train attend que toutes les portes soient intégralement fermées avant de remettre le convoi en marche pour quitter la gare. Par le passé, une des portes restait encore ouverte au moment de la mise en marche, celle que l’accompagnateur de train avait bloquée pour ensuite remonter à bord au moment du départ, alors que les autres accès à la rame avaient déjà été fermés. Cela pouvait conduire à des situations problématiques, quand un passager souhaitait utiliser cette dernière porte ouverte alors que le train s’apprêtait à repartir.

Pour éviter les incompréhensions et les échanges agressifs, il a été décidé de fermer toutes les portes du train 30 secondes avant le départ. Une campagne d’affichage avait été organisée pour informer les usagers de ce changement. Visiblement, la nouvelle procédure a apporté plus de clarté, bienvenue, explique vendredi Dimitri Temmerman, porte-parole de la SNCB.

Selon François Bellot, «dans le souci d’une constante amélioration de la procédure de départ, elle (la SNCB) travaille sur un projet pour une étape supplémentaire à l’horizon 2020».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  2. Emir Kir ne sait pas encore s’il introduira un recours contre la décision du Parti socialiste bruxellois.

    Le PS bruxellois tente d’éteindre l’incendie Kir

  3. @News

    Philippe Albert revient sur Anderlecht – FC Bruges: «Avec Colassin, j’ai découvert un jeune talent avec beaucoup de culot»

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite