Moins de cas d’agression aux départs des trains depuis la nouvelle procédure de départ

Moins de cas d’agression aux départs des trains depuis la nouvelle procédure de départ

Le changement de la «procédure de départ» des trains introduit par la SNCB en juin dernier semble porter ses fruits, selon une réponse du ministre François Bellot, en charge de la société des chemins de fer, à une question parlementaire de Jean-Jacques Flahaux. Le nombre de cas d’agression à l’encontre du personnel de bord à l’occasion des départs de trains a en effet connu depuis l’introduction de cette nouvelle procédure une «diminution significative», indique-t-il.

Selon la nouvelle procédure, le conducteur du train attend que toutes les portes soient intégralement fermées avant de remettre le convoi en marche pour quitter la gare. Par le passé, une des portes restait encore ouverte au moment de la mise en marche, celle que l’accompagnateur de train avait bloquée pour ensuite remonter à bord au moment du départ, alors que les autres accès à la rame avaient déjà été fermés. Cela pouvait conduire à des situations problématiques, quand un passager souhaitait utiliser cette dernière porte ouverte alors que le train s’apprêtait à repartir.

Pour éviter les incompréhensions et les échanges agressifs, il a été décidé de fermer toutes les portes du train 30 secondes avant le départ. Une campagne d’affichage avait été organisée pour informer les usagers de ce changement. Visiblement, la nouvelle procédure a apporté plus de clarté, bienvenue, explique vendredi Dimitri Temmerman, porte-parole de la SNCB.

Selon François Bellot, «dans le souci d’une constante amélioration de la procédure de départ, elle (la SNCB) travaille sur un projet pour une étape supplémentaire à l’horizon 2020».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous