Char antisémite à Alost: aucune poursuite en justice

© D.R.
© D.R.

La compagnie carnavalesque alostoise Vismooi’ln n’a pas violé de lois en arborant des stéréotypes juifs sur son char, a indiqué la directrice d’Unia, le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme, au micro de TV Oost vendredi. L’incident a suscité de nombreuses critiques.

Le char incriminé présentait deux mannequins affublés de stéréotypes juifs afin de railler le fait que le carnaval d’Alost était cette année contraint à l’économie. Ces images ont été ressenties comme antisémites par la communauté juive. La Commission européenne et même l’Unesco ont condamné ou regretté l’utilisation de tels stéréotypes.

► Char antisémite du carnaval d’Alost : le bourgmestre (N-VA) a reçu des menaces

La communauté juive a exigé des excuses et d’influentes organisations juives ont menacé d’envisager un départ de l’industrie diamantaire anversoise où la communauté juive est très impliquée. Aucune plainte n’a cependant été déposée.

Il n’y aurait d’ailleurs pas moyen de trouver des arguments, estime Unia. «  Quand on examine la législation, il semble que tout soit resté dans les limites de la loi. Nous comprenons que certaines personnes se soient senties blessées mais l’intention n’était pas méchante ».

Unia ne portera pas l’affaire devant la justice mais opérera une médiation la semaine prochaine entre l’administration communale alostoise et la communauté juive.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190716-3V2NE5 2019-07-16 14:13:29

    La Lune a marqué les Hommes, ils y ont laissé leurs traces (infographie)

  2. Presse-papier01

    Pour les histoires de cœur, Internet a remplacé l’ami entremetteur

  3. Les seins nus étaient un symbole de libération de la femme dans les années 70. Aujourd’hui, beaucoup de Romandes ne portent pas de soutien-gorge pour leur propre confort.

    A Genève, les seins se passent de soutien

Chroniques
  • A-t-on «bruxellé» sur la Lune?

    Du Brussels Vloms sur la Lune ?

    Nul n’ignore que les prétendus premiers pas de l’homme sur la Lune le 21 juillet 1969 relèvent de la fake news – pardon, de l’infox. Et que le premier à fouler le sol lunaire n’est pas l’Américain Neil Armstrong, mais notre compatriote Tintin, reporter de son état, dont les aventures lunaires ont été contées par Hergé dans les albums Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). La vérité ayant repris ses droits, posons-nous une question essentielle : aurait-on parlé bruxellois sur la Lune ?

    Les fidèles de cette chronique connaissent déjà la réponse : le billet de la semaine dernière a...

    Lire la suite

  • Faut-il remettre la main sur la Lune?

    Elle est là depuis les premiers jours de la Terre et elle est le musée des premiers moments de l’Univers. Fascinante, elle est gravée à Lascaux, célébrée en Egypte, niée par l’Inquisition. Verne et Wells imaginent comment sonder son mystère. Méliès en fait une farce philosophique. C’est d’une guerre que naîtront carburants et calculateurs, clés du voyage. C’est d’une autre, froide, que viendra l’accomplissement, dans un délai exceptionnellement court. Les pionniers furent téméraires et, heureusement, un peu chanceux, à dos de Saturn, la...

    Lire la suite