Char antisémite à Alost: aucune poursuite en justice

© D.R.
© D.R.

La compagnie carnavalesque alostoise Vismooi’ln n’a pas violé de lois en arborant des stéréotypes juifs sur son char, a indiqué la directrice d’Unia, le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme, au micro de TV Oost vendredi. L’incident a suscité de nombreuses critiques.

Le char incriminé présentait deux mannequins affublés de stéréotypes juifs afin de railler le fait que le carnaval d’Alost était cette année contraint à l’économie. Ces images ont été ressenties comme antisémites par la communauté juive. La Commission européenne et même l’Unesco ont condamné ou regretté l’utilisation de tels stéréotypes.

► Char antisémite du carnaval d’Alost : le bourgmestre (N-VA) a reçu des menaces

La communauté juive a exigé des excuses et d’influentes organisations juives ont menacé d’envisager un départ de l’industrie diamantaire anversoise où la communauté juive est très impliquée. Aucune plainte n’a cependant été déposée.

Il n’y aurait d’ailleurs pas moyen de trouver des arguments, estime Unia. «  Quand on examine la législation, il semble que tout soit resté dans les limites de la loi. Nous comprenons que certaines personnes se soient senties blessées mais l’intention n’était pas méchante ».

Unia ne portera pas l’affaire devant la justice mais opérera une médiation la semaine prochaine entre l’administration communale alostoise et la communauté juive.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles ont durablement marqué le pays, jusque dans ses procédures judiciaires.

    Comment les attentats du 22 mars ont changé la justice

  2. belgaimage-91136168-full

    In memoriam: les portraits des victimes du 22 mars

  3. POLITICS NEUFCHATEAU LOCAL ELECTIONS FRAUD

    Dimitri Fourny inculpé: une catastrophe pour le CDH

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite