Thierry Neuville au Rallye du Mexique (WRC): «Même rattraper Tanak s’annonce compliqué»

Thierry Neuville au Rallye du Mexique (WRC): «Même rattraper Tanak s’annonce compliqué»
Twitter Thierry Neuville

Thierry Neuville ne pouvait que se montrer fataliste à son arrivée au parc de service de León, vendredi midi (milieu de soirée en Belgique), à l’issue de la première boucle du rallye du Mexique. Victime d’une crevaison lente après avoir heurté une pierre dans la première spéciale, le Belge a d’emblée perdu le contact avec la tête de la course occupée par ses équipiers Mikkelsen (1er) et Sordo (3e), ainsi que le très solide Sébastien Ogier (2e).

« Ça va être difficile »

« Nous voilà à 50 secondes de la tête, et même à 22 secondes de Tanak, qui ouvrait pourtant la route », soupirait Thierry Neuville, entouré de sa garde rapprochée qui était plutôt dépitée. « On peut essayer bien sûr, mais même reprendre Ott sera difficile. Bref, on doit attendre que les autres aient éventuellement des soucis pour espérer glaner l’une ou l’autre place, et ainsi obtenir une meilleure position sur la route pour l’étape de samedi. Mais à la régulière, il n’y aura rien à faire… »

« Les Citroën très à l’aise »

Une situation d’autant plus désespérante que l’étape de samedi s’annonce beaucoup plus pénalisante que celle de ce vendredi, pour les pilotes qui auront à passer parmi les premiers. En attendant, Neuville se disait content de sa voiture. « Elle me convient, même si je dois reconnaître que les Citroën ont l’air très à l’aise ici. Surtout Ogier ! Je ne pense pas qu’on pourra suivre son rythme. On verra bien… »

Mikkelsen, fragile leader

En attendant, Mikkelsen (Hyundai) occupait la tête du classement devant Ogier (à 1,6 sec.), Sordo (2,7) Evans (9,7), Meeke (11,2), Latvala (18,7), Lappi (22,1), Tanak (28,2) et Neuville (49,9). Seul Suninen manquait à l’appel des ilotes d’usine, après être sorti de la route dès la première spéciale.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  2. @News

  3. PHOTONEWS_10852191-011

    Coronavirus: que faire si l’on a des symptômes?

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite