Elections 2019: la secrétaire d’État bruxelloise suggère le transfert de rôle de capitale de la Ville à la Région

Bianca Debaets © Le Soir/Dominique Duchesnes
Bianca Debaets © Le Soir/Dominique Duchesnes

La secrétaire d’État bruxelloise Bianca Debaets, également tête de liste CD&V pour les élections régionales du 26 mai prochain à Bruxelles, a plaidé vendredi pour un transfert du rôle de capitale actuellement dédié à la Ville de Bruxelles à la Région de Bruxelles-Capitale.

« La Ville de Bruxelles reçoit, chaque année, environ 117 millions d’euros du (niveau) fédéral pour remplir ce rôle de capitale, y compris pour les événements protocolaires. Mais en échange la Ville de Bruxelles ne doit apporter aucune justification détaillée », a-t-elle souligné dans un communiqué.

Selon Mme Debaets, « la Ville de Bruxelles tire, parfois dans des proportions anormales, le plus d’attention vers elle, alors que dans les 18 autres communes bruxelloises, il y a tant de curiosités intéressantes et belles à découvrir ».

« Celles-ci méritent, à mes yeux, également un financement. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que nous sommes une Région-Capitale », a ajouté la candidate CD&V.

« Une alternative »

La tête de liste des démocrates-chrétiens a avancé une « alternative ». « Nous proposons de supprimer progressivement les 117 millions d’euros accordés à la Ville de Bruxelles et, à la place, d’investir dans un fonds de la Région bruxelloise auquel les 19 communes pourront faire appel pour soutenir des projets qui renforceront la dimension de capitale de notre Région », a-t-elle expliqué.

Elle a cité des « endroits magnifiques, mais hélas trop peu connus », tels que la maison Horta à Saint-Gilles, le musée d’Ixelles, la Maison d’Érasme à Anderlecht, le Bois du Laerbeek à Jette, l’église Saint-Jean-Baptiste de Molenbeek, etc.

Selon elle, « de plus en plus de visiteurs belges et étrangers découvrent les autres beaux endroits de Bruxelles. Nous devons ajuster le financement en conséquence ».

Mme Debaets a notamment suggéré « une tournante entre les différentes grandes communes » pour les événements protocolaires.« Pourquoi pas un discours de la Fête de la Communauté flamande ou de la Fête de la Communauté française à l’Hôtel de Ville de Schaerbeek ou de Jette ? », se demande-t-elle.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre nouvelles plaintes ont été déposées contre les pratiques publicitaires en ligne de Google et de l’IAB (Internet Advertising Bureau).

    RGPD: la pub en temps réel sur le web est-elle illégale?

  2. Song Ji Won est l’une des deux candidates à jouer le concerto de Sibelius.

    Du côté des concertos du Reine Elisabeth: concerto pour violon en ré mineur de Jean Sibelius op. 47

  3. pions

    Jeu de l’oie: comment on forme (et déforme) des gouvernements après les élections

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite