Quitter Bruxelles: des milliers de personnes s’installent ailleurs en Belgique

Quitter Bruxelles: des milliers de personnes s’installent ailleurs en Belgique
Mathieu Golinvaux / Le Soir

La population bruxelloise ne cesse de croître et pourtant l’exode des habitants de la capitale ne faiblit pas. Les chiffres sont particulièrement parlants quand on examine les échanges migratoires entre Bruxelles et les autres Régions du pays. En 2017, un peu plus de 24.000 Flamands et Wallons ont rejoint Bruxelles, alors qu’ils étaient près de 40.000 à faire le chemin inverse. C’est grâce à l’immigration internationale et au dynamisme démographique de ses habitants que la capitale continue à voir sa population augmenter.

Les causes de ces départs ? Le prix de l’immobilier avant tout, mais aussi la pollution, l’insécurité… Ce sont essentiellement des habitants issus des classes moyennes qui partent. or ceux-ci occupent une place centrale dans la vie sociale, culturelle mais aussi fiscale de la ville. Ces exilés internent font diminuer la « base taxable » des communes bruxelloise, et favorisent la congestion croissante et la pollution. Car ils sont nombreux à continuer à travailler dans la capitale.

Retrouvez notre supplément sur Le Soir+ ou dans votre journal en librairie ce samedi.

A lire dès maintenant...

> Prix, insécurité, pollution...: pourquoi les gens désertent Bruxelles

> La Louvière, l’eldorado bon marché des Bruxellois

> Lutter contre l’exode pour conserver de bonnes finances communales

> A Liedekerke, les nouveaux arrivants sont un enjeu électoral

> La maison quatre façades reste un must pour beaucoup de ménages

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Capture

    Sortie du tome 6 de la saga «Millénium»: le retour gagnant de Lisbeth Salander

  2. Les textes de Jean-Jacques Goldman parlent le langage du cœur et de la simplicité, de la vie de tout un chacun, de l’histoire comme de la migration, avec le plus beau des humanismes.

    Jean-Jacques Goldman ne marche plus seul: il est enfin disponible en streaming

  3. Michaël Pachen et sa grande expérience radiophonique prennent la relève de Quoi de neuf, de 16 à 18h du lundi au vendredi.

    Michaël Pachen, de Bel RTL à VivaCité: «Au départ je voulais lever le pied»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • Commissaire européen: la Belgique atteint des sommets de désinvolture

    Vous pensiez former un gouvernement ? Travailler pour une ONG ou faire des chroniques sur une chaîne d’info en continu ? Pas grave, postulez comme commissaire européen. Pour être désigné, vous devrez attendre que le Stratego politique désigne l’heureux(se) élu(e).

    Désormais, quand la Belgique désigne son candidat commissaire, elle ne propose pas de vision à la nouvelle présidente de la Commission, elle n’a pas de visée sur le poste via lequel elle voudrait influencer la politique de «...

    Lire la suite