Quitter Bruxelles: des milliers de personnes s’installent ailleurs en Belgique

Quitter Bruxelles: des milliers de personnes s’installent ailleurs en Belgique
Mathieu Golinvaux / Le Soir

La population bruxelloise ne cesse de croître et pourtant l’exode des habitants de la capitale ne faiblit pas. Les chiffres sont particulièrement parlants quand on examine les échanges migratoires entre Bruxelles et les autres Régions du pays. En 2017, un peu plus de 24.000 Flamands et Wallons ont rejoint Bruxelles, alors qu’ils étaient près de 40.000 à faire le chemin inverse. C’est grâce à l’immigration internationale et au dynamisme démographique de ses habitants que la capitale continue à voir sa population augmenter.

Les causes de ces départs ? Le prix de l’immobilier avant tout, mais aussi la pollution, l’insécurité… Ce sont essentiellement des habitants issus des classes moyennes qui partent. or ceux-ci occupent une place centrale dans la vie sociale, culturelle mais aussi fiscale de la ville. Ces exilés internent font diminuer la « base taxable » des communes bruxelloise, et favorisent la congestion croissante et la pollution. Car ils sont nombreux à continuer à travailler dans la capitale.

Retrouvez notre supplément sur Le Soir+ ou dans votre journal en librairie ce samedi.

A lire dès maintenant...

> Prix, insécurité, pollution...: pourquoi les gens désertent Bruxelles

> La Louvière, l’eldorado bon marché des Bruxellois

> Lutter contre l’exode pour conserver de bonnes finances communales

> A Liedekerke, les nouveaux arrivants sont un enjeu électoral

> La maison quatre façades reste un must pour beaucoup de ménages

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Lionel Messi veilli par l’application FaceApp.

    Ce que FaceApp vous dit (tout bas) sur l’utilisation qu’elle fait de vos photos

  2. Louis Michel et Laurette Onkelinx.

    «Chez Laurette et Louis», le casting politique de LN24

  3. l’état d’urgence «
sécheresse
» n’est pas déclaré, mais une réunion de crise est prévue le 25 juillet prochain.

    Agriculture: comme un avant-goût de sécheresse

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite