Fabrice Grosfilley de retour sur RTL dès lundi

© Mathieu Golinvaux - Le Soir
© Mathieu Golinvaux - Le Soir

Double retour aux sources pour Fabrice Grosfilley. Après quatre années à la RTBF en tant que rédacteur en chef Société et « Manager 360 » dans la nouvelle organisation, il revient chez RTL où il reprend les rênes de « L’invité de 7h50 » dans la matinale de Bel RTL. Il remplace Martin Buxant qui quitte aussi l’Echo pour lancer la chaîne d’info en continu LN24. L’interview politique, un exercice que Fabrice Grosfilley connaît bien puisqu’il fut jusqu’en 2012 la voix politique de la chaîne privée.

« Je ne suis pas dans la moquerie du monde politique, au contraire. Par contre, je veux qu’on dise des choses vraies et que mon éventuelle pugnacité soit motivée par ce désir qu’on ne mène pas les auditeurs en bateau. Je dois ramener l’exercice vers le juste, le vrai, le crédible, le réel et le documenté. Ça implique parfois de devoir repousser l’interlocuteur dans ses retranchements. C’est une partie de ping-pong. Le but n’est pas d’être gratuitement agressif. Et pourtant j’ai la réputation d’être un intervieweur agressif. Mais je le dis, ce n’est pas de l’agressivité », prévient le journaliste.

► Retrouvez l’interview complète de Fabrice Grosfilley sur Le Soir+

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Média|Tennis de table
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-144047934-full

    Grand Baromètre: les Belges ne veulent pas d’un Premier ministre N-VA

  2. © Pierre-Yves Thienpont.

    Charles Michel, cinq ans au four et au moulin

  3. On ne parle encore de pénurie dans les fonctions de directeur mais d’un vrai souci de recrutement pour de nombreux pouvoirs organisateurs. © René Breny.

    Le blues des directeurs et directrices d’école

Chroniques
  • Comment on passe de l’extrême gauche à l’extrême droite

    Je crois l’avoir déjà relevé dans ces colonnes : la convergence à laquelle on a assisté, à l’occasion du mouvement des «  gilets jaunes  », entre extrême droite et extrême gauche, constitue l’un des phénomènes les plus significatifs (et les plus lourds de conséquences) de l’après-guerre en France.

    On en constate déjà les résultats. Un cadre élu du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, La France Insoumise, vient d’annoncer son ralliement au Rassemblement National de Marine Le Pen. Surtout, un sondage publié par Le Figaro révèle que 36 % des électeurs de Mélenchon (contre 4 % il y a cinq ans) ont une bonne opinion de la patronne de l’extrême droite.

    Déjà, et cela passa presque inaperçu, un ancien...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite