Faire ses courses en ligne chez Colruyt peut coûter plus cher

© Patrick Lefebvre
© Patrick Lefebvre

Comme vous le savez déjà certainement, les prix dans les magasins Colruyt varient d’une ville à l’autre. En effet, les prix sont alignés en fonction des magasins concurrents de la région.

Par exemple, faire ses courses en province de Namur vous coûtera plus cher à Jambes que de les faire dans le Colruyt d’Andenne.

Het Niewsblad a aussi comparé les prix quand vous faites des achats en ligne et quand vous achetez en magasin. Sans compter les frais de 5,50 euros que demande Colruyt pour le service collect & go – vous commandez en ligne et vous venez récupérer dans le magasin de votre choix –, certains produits sont plus chers sur le net que sur place. Une purée de tomates par exemple coûte 99 centimes en magasin et peut coûter le double en ligne (1,99 euro).

Le quotidien flamand a fait ses comptes, pour un panier de 44 euros en ligne, vous pourriez avoir les mêmes produits pour 35,21 euros en les achetant sur place.

Colruyt moins cher

Pour rappel, les enquêteurs de Tes-Achats sont arrivés à la conclusion que les magasins Colruyt restent toutefois les moins chers en comparaison des autres ! Et pour leur dernière enquête, ils se sont basés sur les prix affichés en ligne par les différentes chaînes de magasins. En Belgique, deux enseignes n’appliquent pas une politique tarifaire unique pour tout le pays. Il s’agit de Carrefour et de Colruyt.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. MontageFederal

    Le bulletin du gouvernement fédéral: les notes des ministres

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Maria Alyokhina sur scène à Edimbourg en Ecosse, le 15 août 2018.

    Marsha, membre des Pussy Riot: «Il faut choisir de ne pas se taire»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite