Bruxelles: Alexandre Van Damme vend sa maison, estimée à 10 millions d’euros

Photo
: Sotheby’s Realty
Photo : Sotheby’s Realty

Alexandre Van Damme, un des hommes forts d’AB Inbev et d’Anderlecht, est occupé à vendre une maison située dans le quartier du Châtelain à Bruxelles. Selon L’Echo, sa valeur est estimée à plus de 10 millions d’euros. La vente a été confiée au courtier Sotheby’s Realty, qui décrit le bien comme un « ensemble immobilier absolument exceptionnel aménagé par l'architecte Andrée Putman avec art et qualité au départ du bâtiment qui servait d'écurie aux chevaux de la compagnie des trams ».

Et de préciser dans l’offre : « Surface totale bâtie ± 2.600 m², surface terrain de ± 29 ares. Façade ± 60 mètres. Le bien est composé de 4 ailes s'articulant autour d'une vaste cour patio. Piscine intérieure, conciergerie. Surface bâtie au sol ± 1.482 m². Garage 5/6 voitures + 6 parkings protégés » .

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Une maison à Dour.

    Par Jean-Christophe de Wasseige

    Immo

    Le top 3 des communes wallonnes les moins chères

  • Dans la tour Ekla, du nom de la bière qui fut brassée sur le site en 1958, Inclusio dispose de 20 logements répartis en 3 étages.

    Logements sociaux avec vue

  • d-20160902-G9RLQV 2019-10-16 09:59:27

    Coronavirus: qu’en est-il des loyers?

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS CORONA VIRUS SPEECH PRIME MINISTER

    Coronavirus: quand Sophie Wilmès encourage et avertit les Belges

  2. Livraison de masques chinois à Bologne en Italie.

    Coronavirus en Chine: une réalité plus complexe que la façace victorieuse

  3. Brigitte de Meeüs (Tropismes) organise un système de livraison sur toute la capitale.

    Coronavirus: quand certaines librairies tentent de reprendre la vente de livres

La chronique
  • Lettre d’Europe: le cloisonnement n’a rien donné, l’UE doit collaborer avec la Suisse

    Si le proverbial « homme de la rue » pouvait encore circuler librement en Suisse et si lui et sa femme n’étaient pas contraints de travailler à domicile ou, pire encore, de subir un chômage forcé les plongeant dans un terrible isolement social, psychique et moral, alors ce citoyen suisse, interrogé sur ce qu’il attend de l’Union européenne dans cette crise du coronavirus, nous répondrait par un regard empreint d’incompréhension. Ou par un simple « rien ».

    Ce réflexe est compréhensible : durant une crise, tout le monde pense d’abord à ses propres intérêts. La Suisse n’y fait pas exception. Cependant, quand il est question de la gestion de la crise à plus long terme, il n’y a rien de pire que le repli sur soi. Au cours des prochaines semaines et des prochains mois, la coopération avec les autres pays sera indispensable si nous voulons venir à bout de cette épidémie. Et bien sûr, l’UE occupe une position centrale dans ce voisinage étranger avec...

    Lire la suite

  • Coronavirus: après, je ferai…

    A près. Un mot qui dit notre nouveau Graal. Un mot qui a le goût de la liberté qu’on n’a plus et dont chaque jour nous perdons, à notre surprise, l’habitude et peu à peu le mode d’emploi. « Mais comment vivions-nous “avant”  ? », nous interrogeons-nous à certains moments, angoissés. Saurons-nous encore pédaler ?

    Au premier jour du confinement, assaillis de besoins, d’angoisses et d’élans, quasi étouffés par le...

    Lire la suite