Bruxelles: Alexandre Van Damme vend sa maison, estimée à 10 millions d’euros

Photo
: Sotheby’s Realty
Photo : Sotheby’s Realty

Alexandre Van Damme, un des hommes forts d’AB Inbev et d’Anderlecht, est occupé à vendre une maison située dans le quartier du Châtelain à Bruxelles. Selon L’Echo, sa valeur est estimée à plus de 10 millions d’euros. La vente a été confiée au courtier Sotheby’s Realty, qui décrit le bien comme un « ensemble immobilier absolument exceptionnel aménagé par l'architecte Andrée Putman avec art et qualité au départ du bâtiment qui servait d'écurie aux chevaux de la compagnie des trams ».

Et de préciser dans l’offre : « Surface totale bâtie ± 2.600 m², surface terrain de ± 29 ares. Façade ± 60 mètres. Le bien est composé de 4 ailes s'articulant autour d'une vaste cour patio. Piscine intérieure, conciergerie. Surface bâtie au sol ± 1.482 m². Garage 5/6 voitures + 6 parkings protégés » .

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Une maison à Dour.

    Par Jean-Christophe de Wasseige

    Immo

    Le top 3 des communes wallonnes les moins chères

  • Dans la tour Ekla, du nom de la bière qui fut brassée sur le site en 1958, Inclusio dispose de 20 logements répartis en 3 étages.

    Logements sociaux avec vue

  • d-20160902-G9RLQV 2019-10-16 09:59:27

    Coronavirus: qu’en est-il des loyers?

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. A peine installé, déjà critiqué, le groupe Déconfinement mis en place par la Première ministre Sophie Wilmès... © Belga.

    Coronavirus: et l’humain dans tout ça? Le groupe Déconfinement critiqué

  2. ITALY PANDEMIC COVID19 CORONAVIRUS

    Coronavirus: une nuit entière de discussion pour tenter de s’entendre sur la solidarité de l’UE

  3. Des ingénieurs de la VUB, notamment, ont travaillé à la fabrication de ventilateurs.

    Coronavirus: imbroglio autour des respirateurs artificiels

La chronique
  • Crise du coronavirus: «Une dure leçon pour la N-VA»

    Le discours style « présidentiel » de la Première ministre Sophie Wilmès est, en Flandre, passé sans tambour ni trompette ; elle est dans notre région toujours moins connue, en donc aussi moins aimée, comme le proverbe flamand « onbekend is onbemind » (« on n’aime que ce qu’on connaît ») le décrit. Pour beaucoup de Flamands, la Première ministre se présente toujours comme la « concierge » du gouvernement (la description est de la main du site européen Politico), et elle n’a, pour la plupart des Flamands, pas encore atteint la position de leur vrai Premier ministre, même si tout est encore possible.

    Cependant, le discours n’est pas passé complètement inaperçu. Le lendemain de l’annonce de Wilmès, c’est de l’hôtel de ville d’Anvers que la réponse est venue. Le président de la N-VA et bourgmestre d’Anvers, Bart De Wever, donnait à son tour son avis sur l’actualité, sous le dénominateur commun de ne pas vouloir « faire de l’opposition, comme ça pourrait être compris comme de l’acidité ».

    ...

    Lire la suite

  • Des machines à coudre et des poèmes, nos armes de résistants

    Quatre cent trois décès, la « barre » des 2.000 dépassée : ce mardi, la Belgique a continué à compter ses morts. Les spécialistes nous le disent, nous sommes moins nombreux à franchir la porte des hôpitaux. Mais l’évidence reste : il faut se protéger de ce virus dévastateur.

    Confinement, tests, masques : les autorités publiques prennent des mesures, courant derrière les ravages de la pandémie. Mais...

    Lire la suite