L’écrivain Amin Maalouf reçoit le Prix de l’Académie belge

Dans cet article
L’écrivain Amin Maalouf reçoit le Prix de l’Académie belge

L’écrivain libanais Amin Maalouf vient de fêter ses 70 ans et, quasi en même temps, la sortie de son nouvel essai, disponible dès le 15 mars, Le naufrage des civilisations (Grasset). Il était à Bruxelles ce samedi pour recevoir le Prix international Nessim Habif pour l’ensemble de son œuvre, décerné par l’Académie royale belge de langue et de littérature françaises. Le membre de l’Académie française, depuis 2011, célébré par l’Académie belge, ça a un côté clin d’œil qui n’était pourtant pas de mise lors de la cérémonie.

C’est qu’Amin Maalouf apporte de mauvaises nouvelles avec son dernier essai, un constat bien pessimiste et alarmant sur la marche du monde. « Ce livre commence par mon enfance au Liban, raconte-t-il. Puis il s’est petit à petit tissé avec l’actualité. J’écris comment j’ai vu le monde devenir plus dangereux, plus inquiétant, qui pourrait aller jusqu’au naufrage, si on ne se ressaisit pas. C’est un livre inquiet. Les livres qui décrivent le monde et ses dérèglements ne sont pas rassurants, sans doute, mais ils sont indispensables : on a besoin de s’inquiéter aujourd’hui. »

Cette séance de l’Académie ne s’est pas fixée sur Amin Maalouf. D’autres écrivains ont été fêtés. L’Académie belge est le dépositaire de plusieurs legs concédés par des particuliers, à charge d’accorder et doter des prix littéraires. Il y en a des annuels, des biennaux, des triennaux. Et dans tous les domaines de la littérature. Ce sont les membres de l’Académie qui les choisit, c’est donc bien l’Académie qui les décerne. Dans ce palmarès, quatre ouvrages déjà distingués par une place de finaliste au Prix Rossel, ceux de Zoé Derleyn, de Thierry Verhasselt, de Sandrine Willems et de Sébastien Minustru.

Retrouvez les dernières critiques littéraires du «Soir» ICI.

Le palmarès 2019

Les lauréats

Laurent de Sutter, pour son essai Après la loi (PUF)

Jacques Dubois pour son essai Le roman de Gilberte Swann (Seuil).

Vinciane Despret pour son essai Au bonheur des morts (La Découverte).

Sandrine Willems pour son essai Devenir un oiseau (Impressions nouvelles)

Alex Lorette pour sa pièce de théâtre Géographie de l’enfer (Lansman)

Zoé Derleyn pour son recueil de nouvelles Le goût de la limace (Quadrature)

Etienne Verhasselt pour son recueil de nouvelles Les pas perdus (Le Tripode).

Sophie Creuz pour son travail de critique littéraire à L’Echo et à Musiq3.

Célestin de Meeûs pour son recueil de poésie Ecart-Type (Tétras Lyre)

Sébastien Fiévry pour son recueil de poésie Solitude Europe (Cheyne)

Carl Norac pour l’ensemble de son œuvre poétique.

Sébastien Ministru pour son roman Apprendre à lire (Grasset)

Stefan Liberski pour son roman La cité des femmes (Albin Michel)

Amin Maalouf pour l’ensemble de son œuvre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron apparaît comme le meilleur interlocuteur de Vladimir Poutine sur la scène européenne, face à une Angela Merkel déclinante où des leaders eurosceptiques ayant moins d’influence.

    Diplomatie: au fort de Brégançon, Macron tend la main à Poutine pour préparer le G7

  2. Souvent, dans les points relais, une pièce est dédiée aux colis.

    Les points relais, stressants, énergivores et peu rentables

  3. Photo testamentaire.

    Et ce fut la fin des Beatles

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite