La consommation d’alcool augmente mais les revenus des accisses continuent à baisser

© Roger Milutin - Le Soir
© Roger Milutin - Le Soir

Si la consommation d’alcool augmente en Belgique, les revenus des accises sur l’alcool continuent, eux, à y reculer. En 2018, ces accises ont ainsi rapporté 815,48 millions d’euros aux caisses de l’Etat, contre 823,23 millions en 2017 et 830,73 millions en 2016, ressort-il des chiffres du SPF Finances.

«La consommation d’alcool augmente en Belgique mais ce sont nos voisins qui en profitent», regrette de son côté la fédération belge du secteur des vins et des spiritueux Vinum Et Spiritus pour le compte de laquelle iVox a mené une enquête auprès d’un millier de Belges.

La France et le Luxembourg en tête

Selon ce sondage, 33% des répondants traversent la frontière pour acheter des boissons alcoolisées à moindre prix - principalement en France et au Luxembourg - et 71% d’entre eux ne considèrent pas les accises comme un outil utile dans la lutte contre l’abus d’alcool.

«Un quart des Belges qui n’achètent pas encore d’alcool à l’étranger assurent en outre qu’ils le feraient si le gouvernement décidait d’alourdir une fois de plus les accises ou d’autres taxes», poursuit Vinum Et Spiritus. Par contre, en cas de baisse significative, 63% des acheteurs frontaliers affirment qu’ils n’effectueraient plus leurs achats dans les pays limitrophes, ajoute-t-elle.

Objectif manqué

D’après les chiffres du SPF Finances, la vente de vin a reculé de 7,8% en Belgique sur la période 2014-2018; la vente de spiritueux chutant, elle, de 22%. «L’augmentation des accises sur les vins et spiritueux a raté son objectif sur tous les plans. Même si l’on achète moins d’alcool en Belgique, on n’en boit pas moins. Au contraire, selon le dernier rapport de l’OMS, notre consommation d’alcool a augmenté, passant de 11,4 à 12,1 litres d’alcool pur par an», commente pour sa part Geert Van Lerberghe, le directeur général de la fédération sectorielle.

Les chiffres qui montrent les gagnants et les perdants

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. MontageFederal

    Le bulletin du gouvernement fédéral: les notes des ministres

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Maria Alyokhina sur scène à Edimbourg en Ecosse, le 15 août 2018.

    Marsha, membre des Pussy Riot: «Il faut choisir de ne pas se taire»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite