Le condamné français Farid Bamouhammad est décédé des suites d’un cancer

Le condamné français Farid Bamouhammad est décédé des suites d’un cancer

Farid Bamouhammad, malade depuis plusieurs années, est décédé des suites d’un cancer généralisé dans la nuit de samedi à dimanche à l’hôpital à Uccle à l’âge de 51 ans, ont annoncé ses proches. Le condamné d’origine française avait été admis mercredi au service des soins palliatifs du site de la clinique Sainte-Elisabeth.

Selon les membres de sa famille, le criminel multi-récidiviste a été hospitalisé après avoir mené une grève de la faim durant trois semaines et une grève de la soif durant une semaine. « Atteint d’un cancer généralisé en phase terminale, il n’a pu bénéficier d’un environnement et de soins de santé adéquats à son état critique, un état d’agonie », dénoncent-ils. « Il a été gardé en prison, dans une petite cellule, privé de lumière, privé d’amour et de ses proches pour le soutenir dans ses derniers instants, privé d’humanité

Ce Français d’origine algérienne a longtemps été considéré comme l’un des détenus les plus dangereux de Belgique. Régulièrement, il était transféré d’une prison à l’autre compte tenu de ses comportements agressifs avec les gardiens. Décrit comme impulsif et violent, il a cumulé plusieurs dizaines d’années de prison à la suite de condamnations pour meurtre, tentatives de meurtre et enlèvements.

Un long passé de criminel

Les premiers faits remontent à 1987, lorsqu’il a été condamné à six ans de prison pour enlèvement. Ensuite, dix ans plus tard, il a écopé de 13 années de prison devant la cour d’assises de Bruxelles pour meurtre et tentative de meurtre. Il avait abattu par balles Abdelkader Benlhal au cours d’une expédition punitive en juillet 1994, dans le quartier de la Cage aux ours à Schaerbeek, et tenté de tuer, un mois plus tôt, Hassan Mokhtari. Il avait justifié ses crimes par la vengeance: sa compagne d’alors, Nathalie Sri Brahim, lui avait confié avoir été violée par les deux victimes.

Au terme de ce procès d’assises, Farid Bamouhammad avait par contre été acquitté pour une tentative de hold-up avec prise d’otages dans une agence de la Générale de Banque à Molenbeek-Saint-Jean, et pour un braquage perpétré dans un bureau de poste de Schaerbeek.

Farid Bamouhammad livre son témoignage : paroles de délinquant

Farid Bamouhammad avait ensuite été libéré en février 1999, en vue de son expulsion vers la France, puis il avait à nouveau fait parler de lui le 5 janvier 2000. Alors qu’il était en liberté conditionnelle, il s’était rendu avec armes et grenade au domicile de son ex-belle-famille, à Etterbeek, où il avait exigé de pouvoir voir son ex-compagne, Nathalie Sri Brahim. Face au refus de cette dernière, il avait pris en otage son ex-belle-soeur, ses ex-beaux-parents et sa fille âgée alors de quatre ans. Il les avait emmenés au restaurant Quick de Drogenbos où il les avait séquestrés. La prise d’otages, qui avait duré une dizaine d’heures, avait pris fin sans qu’il y ait de blessés, grâce à l’Escadron spécial d’intervention de la police.

Le 11 janvier 2002, le tribunal correctionnel de Bruxelles avait condamné Farid Bamouhammad à 5 ans de prison ferme pour ces faits. Mais encore, le 17 août 2005, il avait pris en otage la mère d’accueil de ses deux enfants (âgés alors de 2 et 9 ans) et la fille de celle-ci dans un appartement situé au-dessus du café L’Albertine, rue de la Madeleine à Bruxelles. Armé d’une grenade, il avait justifié son geste par la crainte de ne plus jamais revoir ses enfants, comme lors de sa première prise d’otages cinq ans plus tôt. Cette seconde fois, il avait blessé une policière en tirant un coup de feu à travers une porte. En mars 2007, il avait été condamné à dix ans de prison pour ces faits.

Farid Bamouhammad, victime de traitements dégradants en prison, reçoit 11.000 euros

Enfin, en décembre 2014, après avoir passé près de trente années à purger de nombreuses peines de prison, il avait finalement bénéficié d’une libération sous conditions. Mais en mars 2016, un délit de séquestration lui a valu un retour derrière les barreaux. Il s’était retranché dans une habitation à Flémalle, à la suite d’une violente dispute avec sa compagne. Il s’était finalement rendu à la police au bout de quelques heures.

Au final, Farid Bamouhammad avait été incarcéré dans pratiquement toutes les prisons belges: Forest, Saint-Gilles, Leuze, Courtrai, Andenne, Arlon, Tournai, Bruges, Ittre, Marche-en-Famenne et Lantin. Dans chacun de ces établissements, il avait été sanctionné pour ses comportements, notamment pour avoir régulièrement provoqué les gardiens.

L’Europe condamne la Belgique à verser 42.000 euros à Farid Bamouhammad

Peu avant sa libération fin 2014, Farid Bamouhammad avait entamé une grève de la faim pour protester contre les mesures prises à son égard après un énième incident avec des agents pénitentiaires à la prison de Marche-en Famenne. Sa santé avait ensuite commencé à se détériorer. En avril 2015, il avait à nouveau été libéré, pour raisons médicales cette fois. L’homme était atteint d’un cancer. Depuis ce moment jusqu’à son décès, il avait fait plusieurs allers et retours entre la prison et les hôpitaux.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. ©News

  3. d-20171004-3H7GND 2019-07-11 06:57:30

    Les aides publiques aux aéroports régionaux dopent Ryanair… et les émissions de C02

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Gouvernements escargots

    Cette semaine, si tout va bien, le nouveau gouvernement bruxellois devrait voir le jour. C’est une prouesse en soi : la formation de l’exécutif de la capitale aura nécessité l’accord de six formations politiques, trois francophones et trois néerlandophones, et, dans le débat politique belge, Bruxelles est une Région qui cristallise souvent les tensions entre les premiers et les seconds. Un vrai gouvernement belge, en quelque sorte. Oui, c’est possible. Les Bruxellois entendent depuis quelques jours déjà parler de mobilité, de logement...

    Lire la suite