Le Grand Prix Anima 2019 du meilleur court-métrage a été décerné à «Reruns»

Le Grand Prix Anima 2019 du meilleur court-métrage a été décerné à «Reruns»

Le palmarès a cette année un étrange écho puisque le Grand Prix Anima 2019 du meilleur court-métrage a été décerné à Reruns, de Rosto, le génial réalisateur néerlandais dont on apprenait le décès vendredi ! « Une personnalité aussi forte qu’attachante, rappellent les organisateurs, un bel artiste, sans concessions. Il était venu à plusieurs reprises à Anima, notamment en 2008 où il avait présenté sa rétrospective. Son étonnante silhouette, que l’on retrouvait dans ses films, restera à jamais gravée dans notre souvenir. » En France, chez Autour De Minuit qui a distribué et produit pendant plus de 15 ans ses « œuvres visionnaires et inclassables, des expériences sensorielles et sonores uniques dans le paysage cinématographique », on rappelle qu’outre « un génie de l’image, un compositeur de talent et une figure mondiale de l’animation, c’était avant tout une âme exceptionnelle, un cœur d’or dans un blouson de rocker, un punk à la classe sans pareille… » Il a fait de son groupe, Thee Wreckers, le fil rouge d’une tétralogie dont Reruns est le dernier volet. « Inspiré à 100 % par mes rêves et mes souvenirs », disait-il l’an passé au festival de Clermont-Ferrand. Des souvenirs (son collège, la maison de sa grand-mère…) dont il a tiré une ville ceinturée par un périphérique qui marque la fin du monde, symbole de ces lieux qui continuent à exister alors que les gens disparaissent…

Prix du public du meilleur long-métrage : Funan (Denis Do, FR/B/LUX/CAM)

Prix du public du meilleur court-métrage : Mind my mind (Floor Adams, PB/B)

Meilleur court-métrage belge : Nuit chérie (Lia Bertels)

Meilleur court-métrage de la FWB : Sous le cartilage des côtes (Bruno Tondeur)

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles ont durablement marqué le pays, jusque dans ses procédures judiciaires.

    Comment les attentats du 22 mars ont changé la justice

  2. belgaimage-91136168-full

    In memoriam: les portraits des victimes du 22 mars

  3. POLITICS NEUFCHATEAU LOCAL ELECTIONS FRAUD

    Dimitri Fourny inculpé: une catastrophe pour le CDH

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite