Des bitcoins de trafiquants vendus pour 332.987 euros par la justice belge

Non, les bitcoins ne sont pas «
palpables
»
: il s’agit d’une monnaie virtuelle.
Non, les bitcoins ne sont pas « palpables » : il s’agit d’une monnaie virtuelle. - Reuter

La première vente publique de bitcoins saisis par la Justice belge a permis d’ajouter la coquette somme de 332.987 euros aux caisses du Trésor. Cette vente, portant sur 318 bitcoins, a été exécutée par la maison de ventes publiques irlandaise Wilsons Auctions, spécialisées dans les ventes judiciaires et qui avait remporté le marché public lancé par la Belgique pour réaliser les saisies en monnaie numérique, de plus en plus prisée par les réseaux de trafiquants de drogues ou d’armes qui sévissent sur le DarkNet.

Selon Jean-Michel Verelst, le directeur de l’Office central de saisies et de confiscations (OCSC), maître d’œuvre de cette vente, « les recettes les plus généreuses » ont pu être obtenues grâce à ces enchères qui ont impliqué 6.400 enchérisseurs localisés dans 100 pays à travers le monde. L’estimation prévisionnelle fournie par Wilsons Auctions tablait sur une vente à hauteur de 345.000 euros pour les 69 lots (de 0,5 à quatre bitcoins par lot) mis en vente.

A lire sur Le Soir+: comment Koen Geens veut uniformiser et accélérer le traitement de ces saisies de monnaie virtuelle

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron et Angela Merkel, deux «
petits
» du paysage politique international.

    Les secrets du langage du corps à l’usage des «petits»

  2. © Pierre-Yves Thienpont - Le Soir

    Grand Baromètre: Di Rupo, candidat Premier ministre préféré des francophones

  3. © D.R.

    #MaPremièreCampagne: Game of Belgium

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite