Crash aérien en Ethiopie: la sécurité des Boeing 737 MAX remise en question (vidéo)

© AFP
© AFP

La compagnie aérienne Ethiopian Airlines a annoncé lundi qu’elle avait immobilisé tous ses Boeing 737 MAX au lendemain du crash d’un de ses appareils qui a fait 157 morts. D’autres compagnies ont emboîté le pas : Cayman Airways, qui dispose de deux avions de ce modèle, et la Royal Air Maroc, qui en possède un FlyDubai, au contraire, a exprimé sa « confiance » dans la fiabilité de sa flotte.

Boeing a jusqu’à présent livré 76 modèles 737 MAX 8 à des compagnies aériennes chinoises alors que 104 commandes sont encore en cours pour ce même pays, selon des chiffres de Boeing datant de janvier. La Chine représente un cinquième des livraisons mondiales de ce modèle.

En 5 mois, c’est le deuxième 737 MAX de Boeing qui s’écrase en quelques minutes après son décollage. La Chine a désormais demandé aux compagnies aériennes chinoises de suspendre les vols de leurs Boeing 737 MAX 8.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  2. La marche nordique fait partie des sports proposés à ceux qui aiment les activités de groupe en extérieur.

    Bientôt des prescriptions de sport à la place des médicaments?

  3. Le député Yves Evrard s’attend à un retour aux urnes. Verdict jeudi
!

    Suspicion de fraude à Neufchâteau: deux élections possibles avant juillet

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite