Crash aérien en Ethiopie : plusieurs pays et compagnies décident d’immobiliser leur Boeing 737 MAX

Bien que Boeing ait affirmé lundi n’avoir «aucune raison de donner de nouvelles directives aux opérateurs» aériens, le crash d’un Boeing 737 Max 8 d’Ethiopian Airlines près d’Addis Abeba dimanche, quatre mois après un accident similaire d’un appareil de Lion Air en Indonésie, a conduit lundi plusieurs pays et compagnies aériennes à provisoirement clouer au sol ce modèle de moyen-courrier. En voici la liste.

L’action Boeing chute de plus de 10% à Wall Street, après le crash en Ethiopie

Les pays qui interdisent à leurs compagnies de faire voler leurs Boeing 737 Max 8

— La Chine :

Le Bureau chinois de l’aviation civile a demandé aux compagnies aériennes chinoises de suspendre les vols de leurs Boeing 737 Max 8 jusqu’à confirmation par les autorités américaines et Boeing des «mesures prises pour garantir avec efficacité la sécurité des vols».

«Etant donné que les deux accidents aériens (celui de Lion Air et celui d’Ethiopian Airlines, ndlr) concernent des Boeing 737 MAX 8 récemment livrés et qu’ils se sont tous les deux produits pendant la phase de décollage, ils présentent certaines similitudes», fait valoir le Bureau.

Vidéo | La sécurité des Boeing 737 MAX remise en question

Un total de 76 Boeing de la famille 737 MAX ont été livrés à une dizaine de compagnies aériennes chinoises, dont Air China, Hainan Airlines et Shanghai Airlines, selon des informations publiées en janvier sur le site internet du constructeur américain.

— L’Indonésie :

L’Indonésie, dont la compagnie Lion Air a perdu un Boeing 737 max 8 le 29 octobre 2018 avec 189 personnes à son bord, a décidé lundi d’interdire à ces appareils d’y voler.

«Le directeur général du Transport aérien va prendre des mesures pour faire des inspections et interdire provisoirement aux Boeing 737 MAX 8 de voler en Indonésie», a annoncé à l’AFP Polana Pramesti, le responsable de ce service au sein du ministère des Transports indonésien.

Dix Boeing 737 Max 8 sont exploités par la compagnie indonésienne à bas prix Lion Air et un autre par la compagnie nationale Garuda.

— La Corée du Sud :

Le ministère sud-coréen des Transports a annoncé l’immobilisation des deux appareils de la compagnie locale à bas prix Easter jet dans l’attente des résultats d’une inspection.

— La Mongolie :

L’autorité de l’aviation civile mongole (MCAA) a annoncé dans un communiqué avoir ordonné au transporteur national Mongolian Airlines de clouer au sol l’unique 737 MAX 8 de sa flotte.

— Les compagnies aériennes qui immobilisent leurs Boeing 737 MAX 8 -

— Ethiopian Airlines :

«A la suite du tragique accident du (vol) ET 302 (...), Ethiopian Airlines a décidé d’immobiliser toute sa flotte de Boeing 737 MAX à dater d’hier 10 mars, jusqu’à nouvel ordre», a annoncé lundi la compagnie nationale éthiopienne endeuillée dimanche.

La compagnie dispose de quatre appareils et a passé commande de 29 autres.

— Comair :

La compagnie sud-africaine a annoncé dans un communiqué «écarter son 737 MAX 8 de son programme de vols», tout en assurant «garder confiance dans la sûreté de l’appareil».

— Cayman Airways :

La compagnie des îles Caïmans a décidé de «suspendre» les vols de ses deux 737 MAX 8 «tant qu’elle ne recevra pas davantage d’informations», a écrit son PDG Fabian Whorms dans un communiqué.

La plupart des compagnies continuent d’exploiter leurs Boeing 737 MAX 8

— Aux États-Unis, l’Agence fédérale de l’aviation (FAA) a dit être prête à prendre «des mesures immédiates et appropriées», si «un problème affectant la sécurité» était identifié.

— La compagnie à bas prix Norwegian, qui exploite 18 appareils, continue de les faire voler, disant suivre les instructions et recommandations du constructeur et des autorités de l’aviation civile.

— La compagnie italienne Air Italy (trois appareils) assure être en «conformité totale avec les instructions des régulateurs des procédures opérationnelles des constructeurs» et qu’elle «suivra toutes les directives» qu’elles pourraient prendre.

— La compagnie islandaise Icelandair continue d’exploiter ses trois appareils. Son directeur général des opérations, Jens Thordarson, estime «prématuré» d’établir un lien entre les accidents des Boeing d’Ethiopian et de Lion Air.

«Jusqu’à présent, il n’y a pas de raison de craindre ces machines». «Rien ne nous pousse à prendre la moindre mesure» pour le moment, mais cela pourrait changer en fonction des résultats de l’enquête «si nécessaire», a-t-il affirmé au journal Frettabladid.

— Les compagnies américaines Southwest (34 appareils) et American Airlines (24) ont réitéré leur soutien à Boeing, affirmant avoir confiance en la sécurité de ses avions.

— La compagnie russe S7 Airlines, qui dispose de deux de ces appareils, dit suivre «attentivement l’enquête en cours, tout en restant en contact permanent avec le constructeur».

— La compagnie nationale Turkish Airlines a fait savoir dans un tweet que les vols de ses 11 appareils se poursuivaient et qu’elle était en contact avec Boeing.

Au Canada, Air Canada (24 appareils) et Westjet (13) n’ont pas annoncé qu’elles interrompaient les vols de ces appareils, tout comme Aeromexico (six avions), Aerolinas Argentinas (cinq), le brésilien GOL Airlines (huit), le singapourien SilkAir (six), les compagnies indiennes Spicejet (13) et Jet Airways (huit), flydubai (10), la compagnie polonaise LOT (six appareils) ou encore la compagnie à bas prix TUIfly (13).

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Crash d'un Boeing 737 MAX|Transport aérien|Indonésie
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus de 290 personnes ont perdu la vie.

    Attentats au Sri Lanka: une nouvelle plaie ouverte dans l’histoire du pays

  2. Si l’épreuve du CEB peut-être stressante tant pour les parents que pour les élèves, le taux de réussite n’est jamais descendu en dessous de 85,5
%.

    CEB: des stages pour soutenir, motiver, encourager

  3. A Molenbeek, des participants au projet Aircasting ont organisé une manifestation sur la place communale pour sensibiliser la population et les politiques à la pollution de l’air.

    Mesurer la pollution, c’est dans le vent

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite