Crash aérien en Ethiopie : plusieurs pays et compagnies décident d’immobiliser leur Boeing 737 MAX

Bien que Boeing ait affirmé lundi n’avoir «aucune raison de donner de nouvelles directives aux opérateurs» aériens, le crash d’un Boeing 737 Max 8 d’Ethiopian Airlines près d’Addis Abeba dimanche, quatre mois après un accident similaire d’un appareil de Lion Air en Indonésie, a conduit lundi plusieurs pays et compagnies aériennes à provisoirement clouer au sol ce modèle de moyen-courrier. En voici la liste.

L’action Boeing chute de plus de 10% à Wall Street, après le crash en Ethiopie

Les pays qui interdisent à leurs compagnies de faire voler leurs Boeing 737 Max 8

— La Chine :

Le Bureau chinois de l’aviation civile a demandé aux compagnies aériennes chinoises de suspendre les vols de leurs Boeing 737 Max 8 jusqu’à confirmation par les autorités américaines et Boeing des «mesures prises pour garantir avec efficacité la sécurité des vols».

«Etant donné que les deux accidents aériens (celui de Lion Air et celui d’Ethiopian Airlines, ndlr) concernent des Boeing 737 MAX 8 récemment livrés et qu’ils se sont tous les deux produits pendant la phase de décollage, ils présentent certaines similitudes», fait valoir le Bureau.

Vidéo | La sécurité des Boeing 737 MAX remise en question

Un total de 76 Boeing de la famille 737 MAX ont été livrés à une dizaine de compagnies aériennes chinoises, dont Air China, Hainan Airlines et Shanghai Airlines, selon des informations publiées en janvier sur le site internet du constructeur américain.

— L’Indonésie :

L’Indonésie, dont la compagnie Lion Air a perdu un Boeing 737 max 8 le 29 octobre 2018 avec 189 personnes à son bord, a décidé lundi d’interdire à ces appareils d’y voler.

«Le directeur général du Transport aérien va prendre des mesures pour faire des inspections et interdire provisoirement aux Boeing 737 MAX 8 de voler en Indonésie», a annoncé à l’AFP Polana Pramesti, le responsable de ce service au sein du ministère des Transports indonésien.

Dix Boeing 737 Max 8 sont exploités par la compagnie indonésienne à bas prix Lion Air et un autre par la compagnie nationale Garuda.

— La Corée du Sud :

Le ministère sud-coréen des Transports a annoncé l’immobilisation des deux appareils de la compagnie locale à bas prix Easter jet dans l’attente des résultats d’une inspection.

— La Mongolie :

L’autorité de l’aviation civile mongole (MCAA) a annoncé dans un communiqué avoir ordonné au transporteur national Mongolian Airlines de clouer au sol l’unique 737 MAX 8 de sa flotte.

— Les compagnies aériennes qui immobilisent leurs Boeing 737 MAX 8 -

— Ethiopian Airlines :

«A la suite du tragique accident du (vol) ET 302 (...), Ethiopian Airlines a décidé d’immobiliser toute sa flotte de Boeing 737 MAX à dater d’hier 10 mars, jusqu’à nouvel ordre», a annoncé lundi la compagnie nationale éthiopienne endeuillée dimanche.

La compagnie dispose de quatre appareils et a passé commande de 29 autres.

— Comair :

La compagnie sud-africaine a annoncé dans un communiqué «écarter son 737 MAX 8 de son programme de vols», tout en assurant «garder confiance dans la sûreté de l’appareil».

— Cayman Airways :

La compagnie des îles Caïmans a décidé de «suspendre» les vols de ses deux 737 MAX 8 «tant qu’elle ne recevra pas davantage d’informations», a écrit son PDG Fabian Whorms dans un communiqué.

La plupart des compagnies continuent d’exploiter leurs Boeing 737 MAX 8

— Aux États-Unis, l’Agence fédérale de l’aviation (FAA) a dit être prête à prendre «des mesures immédiates et appropriées», si «un problème affectant la sécurité» était identifié.

— La compagnie à bas prix Norwegian, qui exploite 18 appareils, continue de les faire voler, disant suivre les instructions et recommandations du constructeur et des autorités de l’aviation civile.

— La compagnie italienne Air Italy (trois appareils) assure être en «conformité totale avec les instructions des régulateurs des procédures opérationnelles des constructeurs» et qu’elle «suivra toutes les directives» qu’elles pourraient prendre.

— La compagnie islandaise Icelandair continue d’exploiter ses trois appareils. Son directeur général des opérations, Jens Thordarson, estime «prématuré» d’établir un lien entre les accidents des Boeing d’Ethiopian et de Lion Air.

«Jusqu’à présent, il n’y a pas de raison de craindre ces machines». «Rien ne nous pousse à prendre la moindre mesure» pour le moment, mais cela pourrait changer en fonction des résultats de l’enquête «si nécessaire», a-t-il affirmé au journal Frettabladid.

— Les compagnies américaines Southwest (34 appareils) et American Airlines (24) ont réitéré leur soutien à Boeing, affirmant avoir confiance en la sécurité de ses avions.

— La compagnie russe S7 Airlines, qui dispose de deux de ces appareils, dit suivre «attentivement l’enquête en cours, tout en restant en contact permanent avec le constructeur».

— La compagnie nationale Turkish Airlines a fait savoir dans un tweet que les vols de ses 11 appareils se poursuivaient et qu’elle était en contact avec Boeing.

Au Canada, Air Canada (24 appareils) et Westjet (13) n’ont pas annoncé qu’elles interrompaient les vols de ces appareils, tout comme Aeromexico (six avions), Aerolinas Argentinas (cinq), le brésilien GOL Airlines (huit), le singapourien SilkAir (six), les compagnies indiennes Spicejet (13) et Jet Airways (huit), flydubai (10), la compagnie polonaise LOT (six appareils) ou encore la compagnie à bas prix TUIfly (13).

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite