Brexit: les négociations «désormais à Londres» entre Parlement et gouvernement, selon Michel Barnier

Brexit: les négociations «désormais à Londres» entre Parlement et gouvernement, selon Michel Barnier

Les Européens ont fait des propositions pour sortir les discussions du Brexit de l’impasse et les négociations ont lieu «désormais» entre le gouvernement et les députés britanniques, a déclaré lundi à l’AFP le négociateur en chef de l’UE Michel Barnier.

«Nous avons fait des propositions constructives que j’ai rappelées vendredi», a dit M. Barnier à son arrivée à une réunion avec des ambassadeurs des 27 à Bruxelles.

«Nous avons discuté tout le week-end et désormais les discussions, les négociations, sont entre le gouvernement à Londres et le Parlement à Londres», a-t-il ajouté.

Les Européens estiment avoir été au bout des concessions qu’ils pouvaient faire au gouvernement britannique pour lui permettre de convaincre ses députés d’approuver le traité de retrait négocié entre Londres et le reste de l’UE, lors de votes décisifs prévus cette semaine.

M. Barnier avait exposé vendredi soir dans une série de tweets les dernières propositions européennes. Il a notamment souligné que l’UE était prête à donner une valeur «juridiquement contraignante» à des engagements déjà pris dans une lettre cosignée par les présidents du Conseil européen et de la Commission européenne.

« Piège »

Il s’agit de garanties concernant le caractère temporaire du «filet de sécurité irlandais» (ou «backstop» en anglais), un dispositif du traité de retrait imaginé pour éviter le retour d’une frontière entre les deux Irlandes, afin de préserver les accords de paix de 1998.

N’ayant vocation à s’appliquer qu’en dernier recours, si aucune autre solution n’est trouvée, il maintiendrait le Royaume-Uni dans une union douanière avec l’UE et prévoit un alignement plus poussé sur les normes de l’UE pour l’Irlande du Nord.

De nombreux parlementaires britanniques voient cette mesure comme un «piège» qui les maintiendrait dans le giron de l’UE malgré le Brexit. Ils demandent une limite dans le temps ou la garantie qu’ils pourront en sortir unilatéralement.

L’UE se refuse de son côté à renégocier cette mesure, mais promet qu’elle fera tout son possible pour négocier après le Brexit une relation commerciale future avec Londres qui rendra les contrôles à la frontière irlandaise inutiles, et donc le «backstop» également inutile.

Des «discussions techniques» ont eu lieu pendant tout le week-end à Bruxelles pour tenter de trouver un compromis, mais sans succès. Ces discussions n’avaient pas encore repris lundi, a indiqué une source européenne.

La Première ministre britannique Theresa May et le président de la Commission Jean-Claude Juncker ont eu une conversation téléphonique dimanche soir et ont convenu de «rester en contact» lundi, a ajouté cette source.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre nouvelles plaintes ont été déposées contre les pratiques publicitaires en ligne de Google et de l’IAB (Internet Advertising Bureau).

    RGPD: la pub en temps réel sur le web est-elle illégale?

  2. Song Ji Won est l’une des deux candidates à jouer le concerto de Sibelius.

    Du côté des concertos du Reine Elisabeth: concerto pour violon en ré mineur de Jean Sibelius op. 47

  3. pions

    Jeu de l’oie: comment on forme (et déforme) des gouvernements après les élections

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite