Tomorrowland Winter: environ 250 personnes évacuées à cause de violentes rafales de vent

© Instagram
© Instagram

Environ 250 personnes ont été évacuées lundi d’une piste et d’un bar afférent dans la station de sports d’hiver de l’Alpe d’Huez, en France, rapportent les organisateurs de Tomorrowland Winter, la première édition hivernale du festival électro. Des remontées mécaniques ont dû être fermées en raison des vents violents.

La première édition Tomorrowland Winter en images et vidéos

Les personnes évacuées sont principalement des festivaliers, collaborateurs et artistes qui avaient rejoint le bar sans skis et ne pouvaient donc descendre par eux-mêmes.Elles ont été transportées dans des dameuses, sans incident particulier, d’après les organisateurs de Tomorrowland Winter.

L’événement musical doit véritablement commencer mardi, mais certains festivaliers sont arrivés à partir de samedi pour profiter d’animations sur les pistes et dans le «village» du festival, ainsi que pour skier.

« Le vent s’est intensifié »

«Il a beaucoup neigé ce matin, mais ce n’était pas un problème. Quand le vent s’est intensifié, nous avons dû fermer les remontées mécaniques. Certains en haut de la piste n’avaient pas de skis avec eux, parce qu’ils voulaient uniquement faire la fête dans le bar. Nous avons donc recouru à six dameuses pour les faire redescendre», explique le porte-parole Debby Wilmsen.

« Tomorrowland Winter, une aberration » : des élus écologistes alertent sur l’impact environnemental

Mardi, le vent devrait s’apaiser et de nombreux lieux couverts sont de toute façon réservés au festival, rassure-t-il.

La première version «hiver» de Tomorrowland est sold-out avec 25.000 visiteurs attendus cette semaine. A l’affiche, figurent entre autres Paul Kalkbrenner, Armin van Buuren, Netsky, Martin Garrix, Lost Frequencies et Martin Solveig.

Sur le même sujet
Arts, culture et spectacles
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. D’application pour cette rentrée 2019-2020, une circulaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur la gratuité scolaire laisse la liberté aux parents de choisir les marques de matériel.

    Ces fournitures de rentrée que l’école ne peut imposer

  2. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

  3. La personnalité de Theo Francken a pesé. On le dit désireux de marquer de sa patte la politique migratoire. A l’inverse, sa prédécesseure (et successeure) Maggie De Block est réputé agir en fonction des demandes et besoins de l’administration.

    La suédoise, hyperactive sur le dossier migratoire

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Crise politique italienne: «Mon cher Matteo»

    C’est curieux, la vie. C’est le jour de sa démission que Giuseppe Conte est vraiment devenu Premier ministre. Traduisons : dans son discours devant le Sénat italien, Conte a pour la première et la dernière fois (sauf s’il est à nouveau appelé aux affaires) été à la hauteur de sa mission, qui aura duré 14 mois.

    Salvini au pilori

    Ce mardi, en effet, pendant une demi-heure, l’obscur avocat non élu que personne ne...

    Lire la suite