Accueil Société

Musée juif: l’ultime provocation de Nemmouche, condamné à perpétuité

Nemmouche a été condamné à perpétuité, Bendrer à 15 ans. La peine de Nacer Bendrer est atténuée par son attitude au cours du procès et sa compassion à l’égard des victimes.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

L a vie continue  ! » Jusqu’au bout de son procès, Mehdi Nemmouche, reconnu coupable de l’attentat commis le 24 mai 2014 au Musée juif de Bruxelles, aura montré son mépris pour les victimes et ses juges auxquels, malgré ses promesses de «  s’expliquer  », il n’aura réservé en neuf semaines de débats que moins de huit minutes de prise de parole, ânonnant ses «  Soyez patiente  » à l’adresse de la présidente Laurence Massart.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Petitjean Marie-rose, mardi 12 mars 2019, 10:37

    S'agit-il ou non de provocation de la part de M. Nemmouche ? Impossible de le savoir, on n'est pas dans sa tête. Il a commis des actes indéfendables ; en mesure-t-il la gravité ? Est-il capable de le faire ou est-il aveuglé par son radicalisme ? Me Courtoy est "à côté de la plaque" quand il parle de vengeance à propos de la perpétuité ; la société a le droit et même le devoir de protéger ses membres même si la peine prononcée est écrasante. Il a été "à côté de la plaque" pendant tout le procès, contribuant à enfoncer son client. Il a été "à côté de la plaque" à la fin du procès, ne voulant pas plaider en évoquant devant le tribunal l'"enfance assassinée" de son client mais évoquant celle-ci publiquement devant les micros.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs