Crash en Ethiopie: plusieurs pays et compagnies interdisent les vols des Boeing 737 MAX

Crash en Ethiopie: plusieurs pays et compagnies interdisent les vols des Boeing 737 MAX

Un Boeing 737 MAX 8 de la compagnie Ethiopian Airlines s’est écrasé dimanche au sud-est d’Addis Abeba peu après le décollage, tuant les 157 passagers et membres d’équipage, quatre mois après un accident similaire d’un appareil de Lion Air en Indonésie. Plusieurs pays ou compagnies ont interdit de vol des Boeing 737 MAX.

Les pays interdisant de vol des Boeing 737 MAX

Les pays européens ont décidé de fermer leur espace aérien à tous les vols de Boeing 737 MAX.

Hors de l’Europe, la Nouvelle-Zélande, le Vietnam, l’Egypte, Oman, la Malaysie, l’Australie, l’Inde, Les Emirats arabes unis, le Koweit et Singapour ont emboîté le pas à la Chine, l’Indonésie, la Corée du Sud, la Mongolie et l’Éthiopie qui ont décidé de clouer au sol leur Boeing 737 MAX. La Grèce, l’Allemagne, l’Irlande et la France ont à leur tour décidé de fermer leur espace aérien aux Boeing 737 MAX 8.

Les pays autorisant le vol des Boeing 737 MAX

Les Etats-Unis vont obliger Boeing à procéder à des modifications du 737 MAX 8 et du 737 MAX 9 mais ne vont pas clouer ses avions au sol.

Les compagnies interdisant de vol des Boeing 737 MAX

Turkish Airlines suspend à son tour les vols de ses 12 Boeing 737 MAX.

La compagnie TUI a décidé mardi de maintenir ses 15 appareils au sol. Parmi les appareils du groupe figurent quatre avions de la flotte de la société belge TUI fly.

La compagnie islandaise I celandair a aussi décidé de suspendre les vols de ses trois Boeing 737 MAX 8 jsuqu’à nouvel ordre.

Ethiopian Airlines a également cloué au sol toute sa flotte de Boeing 737 MAX jusqu’à nouvel ordre. La compagnie éthiopienne dispose de quatre appareils et a passé commande de 29 autres.

Gol (Brésil, 7 avions), Aeromexico (Mexique, 6 avions), Comair (Afrique du Sud, 1 avion) et Cayman Airways (Iles Caïmans, 2 avions), Aerolineas Argentinas (Argentine, 5 avions) ont immobilisé leurs Boeing 737 MAX 8.

La compagnie aérienne argentine Aerolineas Argentinas a annoncé la « suspension temporaire de l’exploitation commerciale » de ses cinq Boeing 737 MAX 8 ainsi que la compagnie à bas prix Norwegian qui exploite 18 appareils.

Les compagnies autorisant le vol des Boeing 737 MAX

En Europe

La compagnie italienne Air Italy (trois appareils) assure être en « conformité totale avec les instructions des régulateurs des procédures opérationnelles des constructeurs » et qu’elle « suivra toutes les directives » qu’elles pourraient prendre.

La compagnie islandaise Icelandair continue d’exploiter ses trois appareils. Son directeur général des opérations, Jens Thordarson, estime « prématuré » d’établir un lien entre les accidents des Boeing d’Ethiopian et de Lion Air.

La compagnie russe S7 Airlines, qui dispose de deux de ces appareils, dit suivre « attentivement l’enquête en cours, tout en restant en contact permanent avec le constructeur ».

La compagnie nationale Turkish Airlines a fait savoir dans un tweet que les vols de ses 11 appareils se poursuivaient et qu’elle était en contact avec Boeing.

Les autres compagnies aériennes qui volent avec cet appareil suivent la même politique. Icelandair et Norwegian indiquent ainsi ne pas offrir de dispositions particulières aux passagers réticents à embarquer dans un Boeing 737 Max 8. Elles affirment cependant suivre la situation de près.

Hors Europe

Les compagnies américaines Southwest (34 appareils) et American Airlines (24) ont réitéré leur soutien à Boeing, affirmant avoir confiance en la sécurité de ses avions.

Au Canada, Air Canada (24 appareils) et Westjet (13) n’ont pas annoncé qu’elles interrompaient les vols de ces appareils, tout comme le singapourien SilkAir (six), flydubai (10), la polonaiseLOT (six appareils) ou encore la compagnie à bas prix TUIfly (13).

Deux compagnies indiennes exploitent l’appareil : Spicejet (12 avions) et Jet Airways (5), cette dernière, en difficultés financières, assurant qu’aucun de ses Boeing 737 MAX n’est actuellement opérationnel.

Lion Air suspend ses commandes

La compagnie aérienne indonésienne Lion Air a suspendu la commande de quatre avions de type 737 MAX. Lion Air est l’un des plus gros clients du 737 MAX. Cette année, quatre exemplaires devaient encore être livrés. La compagnie est aujourd’hui en pourparlers avec Boeing à propos du programme de livraison.

La relation entre le constructeur et la compagnie est tendue depuis l’accident en octobre. Le cofondateur de Lion Air, Rusdi Kirana, a indiqué fin 2018 qu’il avait l’intention d’annuler les commandes auprès de Boeing, d’une valeur de 22 milliards de dollars, afin de protester contre la réaction des Américains après le crash impliquant le Boeing Lion Air. Après l’accident, le constructeur avait adressé une directive adaptée aux pilotes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Image=d-20191006-3WH197_high

    Chemin de fer: une rallonge demandée au futur gouvernement

  • A Bruxelles, les touristes restent trop souvent confinés à l’hypercentre de la ville.

    Par Louise Tessier

    Grands formats

    Grand format – A la recherche d’un tourisme moins polluant, plus responsable, plus durable

  • En 2018, Eurostar a transporté 11 millions de passagers (+7
%).

    25 bougies vertes pour Eurostar

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  2. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

  3. belgaimage-140898853-full

    Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite