Crash en Ethiopie: plusieurs pays et compagnies interdisent les vols des Boeing 737 MAX

Crash en Ethiopie: plusieurs pays et compagnies interdisent les vols des Boeing 737 MAX

Un Boeing 737 MAX 8 de la compagnie Ethiopian Airlines s’est écrasé dimanche au sud-est d’Addis Abeba peu après le décollage, tuant les 157 passagers et membres d’équipage, quatre mois après un accident similaire d’un appareil de Lion Air en Indonésie. Plusieurs pays ou compagnies ont interdit de vol des Boeing 737 MAX.

Les pays interdisant de vol des Boeing 737 MAX

Les pays européens ont décidé de fermer leur espace aérien à tous les vols de Boeing 737 MAX.

Hors de l’Europe, la Nouvelle-Zélande, le Vietnam, l’Egypte, Oman, la Malaysie, l’Australie, l’Inde, Les Emirats arabes unis, le Koweit et Singapour ont emboîté le pas à la Chine, l’Indonésie, la Corée du Sud, la Mongolie et l’Éthiopie qui ont décidé de clouer au sol leur Boeing 737 MAX. La Grèce, l’Allemagne, l’Irlande et la France ont à leur tour décidé de fermer leur espace aérien aux Boeing 737 MAX 8.

Les pays autorisant le vol des Boeing 737 MAX

Les Etats-Unis vont obliger Boeing à procéder à des modifications du 737 MAX 8 et du 737 MAX 9 mais ne vont pas clouer ses avions au sol.

Les compagnies interdisant de vol des Boeing 737 MAX

Turkish Airlines suspend à son tour les vols de ses 12 Boeing 737 MAX.

La compagnie TUI a décidé mardi de maintenir ses 15 appareils au sol. Parmi les appareils du groupe figurent quatre avions de la flotte de la société belge TUI fly.

La compagnie islandaise I celandair a aussi décidé de suspendre les vols de ses trois Boeing 737 MAX 8 jsuqu’à nouvel ordre.

Ethiopian Airlines a également cloué au sol toute sa flotte de Boeing 737 MAX jusqu’à nouvel ordre. La compagnie éthiopienne dispose de quatre appareils et a passé commande de 29 autres.

Gol (Brésil, 7 avions), Aeromexico (Mexique, 6 avions), Comair (Afrique du Sud, 1 avion) et Cayman Airways (Iles Caïmans, 2 avions), Aerolineas Argentinas (Argentine, 5 avions) ont immobilisé leurs Boeing 737 MAX 8.

La compagnie aérienne argentine Aerolineas Argentinas a annoncé la « suspension temporaire de l’exploitation commerciale » de ses cinq Boeing 737 MAX 8 ainsi que la compagnie à bas prix Norwegian qui exploite 18 appareils.

Les compagnies autorisant le vol des Boeing 737 MAX

En Europe

La compagnie italienne Air Italy (trois appareils) assure être en « conformité totale avec les instructions des régulateurs des procédures opérationnelles des constructeurs » et qu’elle « suivra toutes les directives » qu’elles pourraient prendre.

La compagnie islandaise Icelandair continue d’exploiter ses trois appareils. Son directeur général des opérations, Jens Thordarson, estime « prématuré » d’établir un lien entre les accidents des Boeing d’Ethiopian et de Lion Air.

La compagnie russe S7 Airlines, qui dispose de deux de ces appareils, dit suivre « attentivement l’enquête en cours, tout en restant en contact permanent avec le constructeur ».

La compagnie nationale Turkish Airlines a fait savoir dans un tweet que les vols de ses 11 appareils se poursuivaient et qu’elle était en contact avec Boeing.

Les autres compagnies aériennes qui volent avec cet appareil suivent la même politique. Icelandair et Norwegian indiquent ainsi ne pas offrir de dispositions particulières aux passagers réticents à embarquer dans un Boeing 737 Max 8. Elles affirment cependant suivre la situation de près.

Hors Europe

Les compagnies américaines Southwest (34 appareils) et American Airlines (24) ont réitéré leur soutien à Boeing, affirmant avoir confiance en la sécurité de ses avions.

Au Canada, Air Canada (24 appareils) et Westjet (13) n’ont pas annoncé qu’elles interrompaient les vols de ces appareils, tout comme le singapourien SilkAir (six), flydubai (10), la polonaiseLOT (six appareils) ou encore la compagnie à bas prix TUIfly (13).

Deux compagnies indiennes exploitent l’appareil : Spicejet (12 avions) et Jet Airways (5), cette dernière, en difficultés financières, assurant qu’aucun de ses Boeing 737 MAX n’est actuellement opérationnel.

Lion Air suspend ses commandes

La compagnie aérienne indonésienne Lion Air a suspendu la commande de quatre avions de type 737 MAX. Lion Air est l’un des plus gros clients du 737 MAX. Cette année, quatre exemplaires devaient encore être livrés. La compagnie est aujourd’hui en pourparlers avec Boeing à propos du programme de livraison.

La relation entre le constructeur et la compagnie est tendue depuis l’accident en octobre. Le cofondateur de Lion Air, Rusdi Kirana, a indiqué fin 2018 qu’il avait l’intention d’annuler les commandes auprès de Boeing, d’une valeur de 22 milliards de dollars, afin de protester contre la réaction des Américains après le crash impliquant le Boeing Lion Air. Après l’accident, le constructeur avait adressé une directive adaptée aux pilotes.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite