Sonnant et trébuchant

Médaille en or au module de 20 ducats, 1841. Restitution des territoires de Syrie et du Liban à la Sublime Porte. Fleur de Coin. Estimation
: 35.000 euros.
Médaille en or au module de 20 ducats, 1841. Restitution des territoires de Syrie et du Liban à la Sublime Porte. Fleur de Coin. Estimation : 35.000 euros.

Installée à Bruxelles depuis 1976, l’entreprise familiale s’est depuis longtemps positionnée parmi les maisons européennes importantes. Spécialisée dans la numismatique, elle expertise les objets et organise quatre ventes publiques par an de monnaies et médailles de toutes époques – des objets historiques mais aussi esthétiques, reflets d’une époque et d’un style.

Carolus d’argent du duché de Brabant, vers 1544-1548. Très Beau à Superbe. Estimation 6.000 euros. Lot 449
Carolus d’argent du duché de Brabant, vers 1544-1548. Très Beau à Superbe. Estimation 6.000 euros. Lot 449 - D.R.

Pour la vente du 16 mars, la 140e du genre, la maison propose une sélection de monnaies antiques de qualité, dont une belle série des royaumes parthe et sassanide. La vente se poursuivra avec les monnaies du Moyen Age et des Pays-Bas méridionaux, une collection de monnaies du Royaume de Belgique, un ensemble de monnaies françaises, ainsi qu’un ensemble exceptionnel de monnaies des Pays-Bas. La session de l’après-midi sera consacrée aux monnaies modernes et orientales, suivie par une collection de médailles napoléonides, et se terminera par un groupe de boîtes de pesée et de décorations.

De nombreuses pièces sont offertes à la vente à des prix très abordables – moins de 100 euros. Mais les prix grimpent vite dès qu’il s’agit de pièces plus exceptionnelles. Parmi les raretés, épinglons le lot 13, un denier du peuple des Orrescii, connu uniquement par leurs monnaies et qui occupait les régions montagneuses longeant le Strymon, rivière qui sépare la Macédoine, la Thrace et la Péonie. Leur nom signifie « peuple des montagnes », terme qu’Homère associait aux Centaures. Plusieurs peuplades thraço-macédoniennes ont frappé des octodrachmes montrant soit un cavalier, un satyre ou un gardien de bétail comme ici.

Charles Quint et Léopold Ier

Le lot 449 est constitué de la première grande monnaie d’argent frappée dans les Pays-Bas espagnols, valant un florin, présentant au droit un magnifique portrait âgé de l’empereur Charles Quint. Le lot 569 est tout aussi rare : il s’agit de la première monnaie d’or du royaume de Belgique, au type de Léopold Ier à la tête ornée d’une couronne de chêne. Le franc belge était à l’époque à parité avec le franc français. Le style du droit est en outre inspiré du monnayage de Louis-Philippe, l’allié et le beau-père de Léopold Ier.

1000 francs. Essai en or, frappé à la Monnaie de Bruxelles à la demande du prince-régent Charles en 1949. Fleur de Coin. Estimation
: 30.000 euros. Lot 665.
1000 francs. Essai en or, frappé à la Monnaie de Bruxelles à la demande du prince-régent Charles en 1949. Fleur de Coin. Estimation : 30.000 euros. Lot 665.

Mentionnons également le lot 665, deux essais en or, frappés à la Monnaie de Bruxelles à la demande du prince-régent, au nombre de 11 exemplaires. L’or nécessaire fourni par le prince provenait d’une grande médaille à son effigie. Le lot 802, un superbe multiple de 5 ducats en or, fut frappé avec les coins d’une pièce d’argent de 1 florin. Il s’agit d’une pièce très rare, en excellent état de conservation. Ces monnaies d’or n’étaient pas à proprement parler destinées à la circulation ; elles étaient frappées pour être offertes comme cadeaux de prestige aux occasions solennelles.

Le lot 823 est un splendide exemplaire du « rijksdaalder » de Louis Napoléon Bonaparte, qui fut roi de Hollande de 1806 à 1810 jusqu’à l’annexion de son royaume par l’Empire français.

Estimé à 35.000 euros, le lot 1413 provient de Syrie ottomane, passée sous la domination de Mehmet Ali, le pacha d’Egypte, après la première guerre égypto-ottomane (1831-1833).

Jean Elsen & ses fils, 140e vente publique, samedi 16 mars de 9 à 17h, 65 avenue de Tervueren, 1040 Etterbeek, 02-734.63.56, www.elsen.eu

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Après un mois de tractations, l’informateur Paul Magnette a souhaité mettre un terme à sa mission. © Belga.

    Négociations fédérales: le scénario de l’arc-en-ciel amélioré… après une auto-exclusion de la N-VA

  2. En théorie, une limitation de vitesse fluidifie le trafic et retarde la congestion. Dans le cas du ring de Bruxelles, pas sûr que ça suffise. © Photo News.

    Le ring de Bruxelles à 100 km/h: décélérer ne le rendra pas beaucoup moins polluant

  3. Les drapeaux russe et olympique à la cérémonie de clôture des JO 2014 à Sotchi. Il semble cette fois acquis que le drapeau russe ne flottera pas au Japon.

    L’Agence mondiale antidopage sans pitié pour le sport russe

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite