Elections 2019: Claude Moniquet emmènera la Liste Destexhe au parlement bruxellois

© Nicolas Lambert
© Nicolas Lambert

Claude Moniquet, co-fondateur et directeur d’un centre d’expertise stratégique et sécuritaire à Bruxelles, emmènera l’une des Listes Destexhe aux élections du 26 mai prochain en tant que tête de liste au parlement bruxellois, a-t-il annoncé mardi.

Ce Franco-Belge autodidacte de 61 ans, ancien militant d’extrême gauche avec laquelle il a rompu à 21 ans pour aller vivre dans un kibboutz en Israël pendant plusieurs mois, a été journaliste-reporter pour plusieurs quotidiens et médias audiovisuels en France et en Belgique, où il traitait des conflits géopolitiques et de la sécurité.

Il fut aussi agent clandestin pour la DGSE, le service de renseignement extérieur de la France. À l’heure de solliciter la confiance de l’électeur bruxellois, il assure que c’est au début des années 2000 qu’il a mis un terme à cette activité de renseignement pour une puissance étrangère. «  Et puis, si j’étais encore agent de la DGSE, je ne vous le dirais pas », a-t-il souri en répondant à cette question aux côtés d’Alain Destexhe, lors d’une conférence de presse dans les locaux du Sénat.

Élections 2019 : trois élus MR rejoignent Alain Destexhe

Son combat : l’islamisme radical

L’homme souligne son implication dans la Région-capitale où il a co-fondé un Centre européen pour le renseignement stratégique et la sécurité (ESISC) qui emploie «  une vingtaine de jeunes diplômés », et où il vit «  depuis des années », à Schaerbeek.

Il dénonce «  des infrastructures publiques mal entretenues, des chantiers interminables qui génèrent une mobilité cauchemardesque », et un état de délabrement avancé (musées, rues, palais de justice).

Son profil semblait plutôt le diriger vers les compétences fédérales, mais sa présence sur les listes régionales résulte d’un accord avec Alain Destexhe, a reconnu ce dernier. Le sénateur note que la dispersion des compétences en Belgique permet aussi d’agir à l’échelle régionale pour celui qui veut faire sa priorité du combat contre l’islamisme radical et le fondamentalisme religieux.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

  3. «
La Monnaie 
! C’est ici que j’ai découvert mes premiers spectacles quand j’étais ado que mes parents m’emmenaient voir. Son directeur Peter de Caluwe y a fait venir «
Vessel
» sans l’avoir vu. Et il y a dix ans, on y créait «
Babel
» avec Larbi. Enfin, c’est quand même ici que la Belgique a surgi
: une révolution commencée par les arts
! Et c’est aujourd’hui la seule institution fédérale qui connecte encore notre Belgique divisée».

    Les racines élémentaires de Damien Jalet: «Madonna m’a aidé à vivre. J’avais 11 ans, j’étais fou de son énergie»

La chronique
  • Répondre au populisme?

    Ce début du XXIe siècle est marqué en Occident par le retour du populisme. Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro au Brésil, Salvini en Italie, Orban en Hongrie, le Vlaams Belang en Belgique…, la liste est longue de ces leaders ou partis qui en appellent à la souveraineté du peuple pour s’affranchir des règles et des institutions, promouvoir un projet qui se dégage des cadres et des valeurs de l’Etat de droit. Ce constat soulève régulièrement une double question : faut-il discuter avec ceux et celles qui défendent un projet dangereux pour la démocratie ? Si oui, quelle stratégie adopter pour contrer un discours qui connaît un succès certain, parce qu’il vise cette part sombre que nous avons chacun en nous ?

    Faut-il répondre au populisme ?

    Faut-il débattre avec les populistes ? En Belgique, cette question se traduit ces derniers temps par « faut-il débattre avec l’extrême droite »...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite