Crash en Éthiopie: Trump déplore que «les avions soient devenus trop complexes à piloter»

© AFP
© AFP

Le président américain Donald Trump a déploré mardi que les avions soient devenus «  beaucoup trop complexes à piloter », deux jours après le crash d’un Boeing 737 MAX 8 d’Ethiopian Airlines qui a coûté la vie à 157 personnes.

Les pays et les compagnies qui autorisent le vol des Boeing 737 MAX

«  Les avions deviennent beaucoup trop complexes à piloter », a tweeté le président de la première puissance mondiale. «  Il n’y a plus besoin de pilotes mais plutôt d’informaticiens du MIT (Massachusetts Institute of Technology) », a-t-il ironisé.

«  Je constate cela pour de nombreux produits. Toujours chercher un nouveau développement inutile alors que, souvent, ce qui est vieux et simple fonctionne bien mieux », a poursuivi le président septuagénaire.

«  Je ne sais pas pour vous, mais moi je ne veux pas d’un Albert Einstein comme pilote », a poursuivi Trump. «  Je veux de grands professionnels qui puissent facilement et rapidement prendre le contrôle de leur avion ! »

L’action Boeing continue à reculer

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. FILES-GERMANY-POLITICS-CABINET

    Présidence de la Commission européenne: le moment de vérité pour von der Leyen

  3. ©News

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite