Un navire italien coule à 300 km à l’ouest des côtes françaises

Un navire italien coule à 300 km à l’ouest des côtes françaises

Le navire de commerce italien « Grande America », victime d’un incendie dimanche soir dans le golfe de Gascogne, a coulé vers 15H30 mardi à 333 km à l’ouest des côtes françaises, a annoncé à l’AFP la préfecture maritime de l’Atlantique.

« Le bateau a coulé par 4.600 m de fond », a indiqué une porte-parole de la préfecture maritime. Les 27 passagers à bord de ce navire de 214 mètres, en provenance de Hambourg (Allemagne) et qui devait se rendre à Casablanca (Maroc), ont été évacués dans la nuit de dimanche à lundi, sains et saufs.

Le ministre de la Transition écologique François de Rugy a dit à l’Assemblée nationale qu’il faudrait «  envisager les moyens de lutte anti-pollution, car, comme toujours dans ces cas-là, il y a un risque de pollution, il ne faut pas le nier, d’abord parce qu’il y a une cargaison de fioul lourd qui était le carburant de propulsion » du bateau.

Un sauvetage en vain

Le ministre a expliqué qu’il fallait encore identifier le contenu de la cargaison « pour connaître la nature exacte des produits contenus dans les conteneurs dont certains sont tombés à l’eau, avant même que le navire ne coule ». « Nous allons voir s’il faut mobiliser des moyens sous-marins antipollution », a précisé le ministre.

Sur Twitter, la préfecture maritime a indiqué que le navire « subissait un incendie depuis le 10 mars en soirée, dont la violence s’est amplifiée durant les 24 dernières heures. Le navire présentait sur son côté droit une forte inclinaison qui s’est aggravée au fil du temps ».

Une frégate multi-missions (FREMM) de la Marine Nationale, l’« Aquitaine » se trouvait notamment sur zone, de même que le BSAA (Bâtiment de soutien et d’assistance affrété), le « VN Sapeur », où il a relevé le remorqueur de haute mer « Abeille Bourbon » qui a tenté sans succès de mettre un terme à l’incendie.

Deux remorqueurs, affrétés par la société Ardent, mandatée par l’armateur du navire, Grimaldi Group, faisaient route vers le navire en feu, qui a coulé à 15h26.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron et Angela Merkel, deux «
petits
» du paysage politique international.

    Les secrets du langage du corps à l’usage des «petits»

  2. © D.R.

    #MaPremièreCampagne: Game of Belgium

  3. ©News

    Anderlecht: gagner à Gand pour espérer sauver une si longue histoire européenne

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite