Affaire de pots-de-vin: inculpée, l’actrice Felicity Huffman va être présentée à un juge

© Reuters
© Reuters

Les actrices Felicity Huffman («Desperate Housewives») et Lori Loughlin («La Fête à la maison») ont été inculpées mardi dans une affaire de pots de vin versés à des intermédiaires pour obtenir des places dans des universités prestigieuses pour leurs enfants.

Selon une source proche du dossier, les deux comédiennes ont été interpellées mardi dans la région de Los Angeles et devaient être présentées à un juge en début d’après-midi, afin de se voir signifier leur inculpation pour transfert frauduleux de fonds.

De quoi s’agit-il exactement ?

Argent, corruption et privilèges sont au centre de cette vaste affaire de pots de vin qui a éclaboussé de nombreuses personnalités aux Etats-Unis, décidées à contourner le système ultra-compétitif des admissions aux grandes universités américaines.

Selon l’acte d’accusation, des intermédiaires auraient falsifié les dossiers des enfants, dont leurs résultats à des examens, afin de faciliter leur admission pour le compte de prestigieux clients, notamment les deux comédiennes américaines.

33 personnes inculpées

A la tête de ce réseau qui a opéré entre 2011 et 2018, William Singer a été inculpé de quatre chefs d’accusation différents, dont extorsion et blanchiment, et devait plaider coupable devant un magistrat mardi après-midi.

L’organisation criminelle, qui opérait par le biais d’une fondation, aurait reçu 25 millions de dollars au total de parents désireux de voir leurs enfants admis dans des universités prestigieuses telles que Yale, Georgetown, Stanford, l’université de Californie du Sud (USC), Texas, UCLA et Wake Forest.

Au total, 33 parents ont été inculpés pour avoir eu recours aux services de William Singer, moyennant le paiement de sommes allant jusqu’à 6,5 millions de dollars.

Selon l’enquête, Felicity Huffman a versé 15.000 dollars pour que les résultats de l’examen d’une de ses filles soient falsifiés. Quant à Lori Loughlin et son mari, le designer Mossimo Giannulli, ils auraient versé quelque 500.000 dollars de pots de vin afin que leurs deux filles soient admises à USC.

Sollicités par l’AFP, les attachés de presse des deux comédiennes n’ont pas donné suite dans l’immédiat.

La liste des parents inculpés comprend de nombreuses autres personnalités du monde de la finance, de l’immobilier ou du droit, notamment le financier Bruce Isackson ou le promoteur Robert Flaxman.

Un système bien rôdé

Selon les enquêteurs, outre les falsifications d’examens standard obligatoires pour l’entrée à l’université, le SAT et l’ACT, l’organisation criminelle s’était également entendue avec des entraîneurs sportifs universitaires.

Moyennant le versement de pots de vin, ceux-ci désignaient le fils ou la fille d’un client de l’organisation comme une recrue potentielle pour son équipe, ce qui augmentait ses chances d’intégrer l’université.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. MontageFederal

    Le bulletin du gouvernement fédéral: les notes des ministres

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Maria Alyokhina sur scène à Edimbourg en Ecosse, le 15 août 2018.

    Marsha, membre des Pussy Riot: «Il faut choisir de ne pas se taire»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite