Brexit: l’accord négocié par Theresa May est «mort», selon Jeremy Corbyn

Brexit: l’accord négocié par Theresa May est «mort», selon Jeremy Corbyn

Le leader de l’opposition travailliste, Jeremy Corbyn, assure que l’accord négocié par Theresa May est « mort ». Mardi soir, les députés de la Chambre des communes ont rejeté pour la deuxième fois l’accord de retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne, défendu par l’exécutif de la Première ministre Theresa May. Cette dernière essuie un nouveau revers cinglant : 391 parlementaires ont voté contre le texte, pour seulement 242 en faveur.

Le porte-parole de Donald Tusk, le président du conseil européen, a quant à lui estimé que le « rejet du traité a accru de façon significative le risque d’un Brexit sans accord ».

Les ultimes assurances obtenues lundi soir sur le « backstop » (ou filet de sécurité) par Mme May n’ont pas pas convaincu les députés britanniques de soutenir l’accord censé permettre un « retrait ordonné » de leur pays de l’Union européenne.

Les chances de succès de la dirigeante conservatrice semblaient compromises dès la mi-journée et la publication d’un avis du conseiller juridique du gouvernement, selon qui « le risque juridique » que le pays reste bloqué dans l’Union douanière restait « inchangé » malgré les concessions des 27 que Theresa May affirmait avoir obtenues.

Nouveau vote mercredi

Le backstop est la disposition la plus controversée de l’accord de divorce. Il s’agit d’un dispositif qui vise à éviter le retour d’une frontière physique entre les deux Irlande afin de préserver les accords de paix de 1998 et l’intégrité du marché unique européen.

N’ayant vocation à s’appliquer qu’en dernier recours, si aucune autre solution n’est trouvée, il maintient le Royaume-Uni dans une union douanière avec l’UE et prévoit un alignement plus poussé sur les normes de l’UE pour l’Irlande du Nord.

Les Britanniques redoutent toutefois que ce backstop n’empêche le Royaume-Uni de mener une politique commerciale indépendante et demeure piégé indéfiniment dans ce dispositif.

Après cette nouvelle défaite de Theresa May, les députés britanniques seront appelés mercredi à se pencher sur l’éventualité d’un Brexit sans accord puis jeudi, si cette option est rejetée, sur un report de la date du retrait, pour l’instant prévu le 29 mars prochain.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    La taxe kilométrique, qui en veut?

  2. «
Die Welt
» a pu rencontrer à Moscou, dans une chambre d’hôtel, Edward Snowden, ancien espion et Américain sans passeport réfugié en Russie. L’homme a rendu publique en 2013 la surveillance de masse et globale des communications mise en place par les agences de renseignement américaines, la CIA et la National Security Agency NSA.

    Edward Snowden: «Je n’aurai plus jamais le contrôle de ce qui m’arrive»

  3. POLITICS ECOLO CHAIRMAN ELECTION

    Ecolo: les leçons du passé, pour éviter le ressac

La chronique
  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite