Accueil Monde Union européenne

Brexit: nouvelle défaite humiliante pour Theresa May, aux abois

La voix éraillée, la Première ministre britannique a tenté, en vain, de convaincre les députés de ratifier l’accord sur le Brexit. Les députés ont rejeté l’accord sur le Brexit à 391 voix contre 242.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Le climat est lugubre à Westminster, et pas seulement à cause des bourrasques de pluie qui balayent le Parlement. La journée est censée être historique. Les députés se prononcent sur l’accord de retrait du Royaume-Uni de l’UE. C’est la deuxième fois en deux mois. Mais l’atmosphère de combat du 15 janvier dernier – qui avait brièvement uni pro-européens et ardents Brexiters – s’est évaporée.

Les incertitudes sur la suite du processus de sortie de l’UE, les spéculations sur le sort de Theresa May à l’issue du scrutin, etc. : tout a un air de déjà-vu. Sans compter que la lassitude suscitée par les interminables débats sur le Brexit s’accroît chaque jour de manière exponentielle, près de trois ans après la tenue du référendum sur l’appartenance à l’UE. Quant à l’urgence de mettre un coup d’arrêt au Brexit de Theresa May et de trouver dans la foulée une alternative, elle ne se fait plus sentir de manière aussi pressante qu’en début d’année.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Petitjean Marie-rose, mercredi 13 mars 2019, 8:36

    Question d'une béotienne dans cette matière compliquée : je lis partout que le brexit sera une catastrophe pour tout le monde, aussi bien les Anglais que les Européens. On devrait l'appliquer pour la raison le peuple l'a voté, vote obtenu par ruse et mensonge. Si on reconnaît que le brexit est une erreur, pourquoi s'entête-t-on dans cette voie ? On conseille habituellement de chercher à qui profite le crime : à qui profiterait finalement le brexit ?

  • Posté par Coets Jean-jacques, mercredi 13 mars 2019, 8:31

    Les Britanniques avaient tout, je dis bien tout, pour devenir un pays incontournable en Europe en rejoignant la CEE dans les années septante. D'abord la langue, mais aussi l'aura gagnée lors de la 2e guerre mondiale, une industrie encore puissante, une place financière forte, une diplomatie expérimentée... Mais, ils n'ont jamais voulu saisir leur chance ! Gardant un pied "in" et un pied "out", imaginant encore que leur place au sommet de l'échiquier mondial était "naturel" et "indiscutable". Ils auraient pu s'accrocher au fameux tandem franco-allemand pour construire un "side-car". Ils ont galvaudé toutes leur chances. Le RU va retrouver la position "naturelle" d'une petite ile au large de l'Europe, celle qu'elle avait avant Élisabeth 1ère, càd un nain au niveau mondial !

  • Posté par VINCENT Patrick, mercredi 13 mars 2019, 7:00

    On a toujours eu des problèmes avec la G-B, et si on y ajoute le populisme , le résultat n'est pas glorieux . Quand est-ce que les gens vont comprendre que le populisme ne résoud rien , mais crée en plus des problèmes ?

  • Posté par Van Obberghen Paul, mercredi 13 mars 2019, 4:05

    Qu'ils sortent et qu'on en finnisse. La Belgique et les autres pays européens payeront cher l'inconséquence des britanniques et l'imbécilité et les mensonges éhontés de certains de leurs dirigeants, mais ça n'est pas eux qui en souffriront le plus. Nous ne l'oublierons jamais. Mais cela aura le mérite d'être clair: Le Royaume-Uni n'est pas un pays européen et n'est pas un ami de l'Europe. C'est un étranger de l'Europe, amarré à quelques encablures du continent, mais n'en a-t-il jamais été autrement?

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs