En 2018, les Belges ont dépensé 11 milliards d’euros en ligne

En 2018, les Belges ont dépensé 11 milliards d’euros en ligne
kkolosov.

BeCommerce, le lobby qui représente 460 « webshops » belges ou actifs sur notre territoire a commandé à GFK une étude sur les achats en ligne effectués par nos concitoyens. On y apprend qu’en 2018 les Belges ont dépensé pour 10,6 milliards d’euros sur le web. Une augmentation d’un demi-milliard en douze mois. Les achats les plus populaires sont les billets d’avion et les chambres d’hôtel. On note des secteurs en forte progression : les ventes de jouets ont ainsi augmenté de 38 % en un an.

Alors que Comeos, la fédération du secteur de la grande distribution, estime qu’entre 2,5 et 3 milliards de cette manne profitent chaque année à des groupes étrangers, l’étude commanditée par BeCommerce relativise fortement cette fuite. Elle ne serait que de 11 % des achats totaux réalisés sur internet, soit environ 1,2 milliard d’euros. Une bonne nouvelle qu’il faut tempérer. BeCommerce considère qu’un achat est « belge » lorsqu’il est effectué sur un site internet au nom de domaine « .be ». Un critère qui ne garantit pourtant pas que l’entreprise derrière la vitrine soit domestique.

► Notre dossier sur Le Soir+

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Le président Trump aux petits soins pour Paula White dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche.

    Paula White, la télévangéliste qui a signé un pacte avec Trump

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite