Accord politique pour la légalisation du cannabis récréatif dans le New Jersey

Accord politique pour la légalisation du cannabis récréatif dans le New Jersey

Les autorités politiques du New Jersey se sont entendues sur les grandes lignes d’un texte qui va légaliser la consommation récréative de cannabis dans cet Etat, qui deviendrait le onzième à franchir le pas aux Etats-Unis.

L’accord a été conclu entre le président du Sénat local, le président de la chambre basse et le gouverneur Phil Murphy, tous trois démocrates, selon un communiqué publié mardi.

Pour le président du Sénat, Steve Sweeney, cité dans le communiqué, la loi «sortira la marijuana du marché noir afin qu’elle soit régulée, contrôlée et imposée, tout comme l’est l’alcool depuis la fin de la prohibition».

«La légalisation de la consommation de marijuana pour les adultes est une étape monumentale pour réduire les inégalités du système pénal», a commenté le gouverneur Murphy.

Chaque année, les autorités procèdent dans le New Jersey à plusieurs dizaines de milliers d’interpellations pour détention de cannabis, des arrestations qui entraînent le plus souvent des poursuites pénales.

Une étude de l’organisation américaine de défense des droits humains ACLU a montré que la probabilité pour un Noir d’être arrêté pour détention de cannabis équivalait au triple de celle constatée pour un Blanc, alors que leur consommation moyenne est équivalente.

Onzième état à passer le cap

Le New Jersey s’apprête donc à devenir le onzième Etat américain à légaliser la consommation récréative de cannabis, auxquels il faut ajouter la capitale fédérale, Washington.

Dans l’Etat de New York, plusieurs responsables politiques s’y sont dits favorables mais le gouverneur Andrew Cuomo a estimé lundi qu’une loi sur le sujet ne serait vraisemblablement pas votée cette année.

Les responsables politiques du New Jersey n’ont pas donné de chiffres mardi concernant les quantités maximum que pourront acheter les consommateurs.

Ils ont néanmoins révélé comment la production et la distribution seraient fiscalisées.

Le système s’appuie sur un droit d’accise (42 dollars par once soit 28 grammes), versé directement par les producteurs à l’administration fiscale du New Jersey.

Il sera complété par une taxe de 1% à 3% qui bénéficiera aux communes où seront implantées producteurs, distributeurs ou détaillants.

Le texte de la proposition de loi sera publié dans les jours à venir, ont annoncé les représentants des corps exécutif et législatif.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus de 290 personnes ont perdu la vie.

    Attentats au Sri Lanka: une nouvelle plaie ouverte dans l’histoire du pays

  2. Si l’épreuve du CEB peut-être stressante tant pour les parents que pour les élèves, le taux de réussite n’est jamais descendu en dessous de 85,5
%.

    CEB: des stages pour soutenir, motiver, encourager

  3. A Molenbeek, des participants au projet Aircasting ont organisé une manifestation sur la place communale pour sensibiliser la population et les politiques à la pollution de l’air.

    Mesurer la pollution, c’est dans le vent

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite