La N-VA compte toujours des sympathisants du mouvement d’extrême droite Schild & Vrienden

© D.R.
© D.R.

Un ancien membre du cercle d’extrême droite Schild & Vrienden se présentera sur la liste N-VA pour le parlement flamand lors des élections de mai prochain, écrit mercredi le journal De Morgen.

« Schild & Vrienden » : Dries Van Langenhove pourra terminer son master en droit

Le parti de Bart de Wever avait pourtant promis de faire le ménage après qu’un reportage de la VRT avait révélé l’existence de ce mouvement flamingant aux propos sexistes et racistes.

Le candidat en question, Niklas Arents, s’était également présenté aux élections communales pour la N-VA. Le parti n’y avait pas vu d’objection, car l’intéressé niait avoir été un membre actif de Schild & Vrienden.

Schild & Vrienden : la parole politique joue avec le racisme

Cependant, une source anonyme consultée par De Morgen contredit formellement que M. Arents n’était pas membre. Le candidat a par ailleurs été congédié par le conseil flamand de la jeunesse. Interrogé par le quotidien, Niklas Arents souligne qu’il a raconté sa version de l’histoire et que son parti continue à le soutenir.

Comment la N-VA se justifie

De Morgen cite une série d’autres personnalités qui font toujours partie de conseils d’administration locaux de la N-VA, même s’ils avaient été retirés des listes en vue des élections communales d’octobre 2018.

«  Les exclure des listes était plutôt une mesure de précaution », a indiqué le porte-parole du parti, Nram Bombeek. «  Il est ressorti des entretiens que la plupart d’entre eux n’étaient concernés que de manière superficielle. La question est gérée en interne. »

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Élections|N-VA|Schild & Vrienden
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles ont durablement marqué le pays, jusque dans ses procédures judiciaires.

    Comment les attentats du 22 mars ont changé la justice

  2. belgaimage-91136168-full

    In memoriam: les portraits des victimes du 22 mars

  3. POLITICS NEUFCHATEAU LOCAL ELECTIONS FRAUD

    Dimitri Fourny inculpé: une catastrophe pour le CDH

Chroniques
  • La même que moi, la même que la mienne…

    En matière de norme grammaticale, il est souvent difficile de trancher de manière péremptoire. Que penser, par exemple, de cette phrase : pour la même raison que moi , des milliers de manifestants seront dans la rue ce dimanche ? De nombreux francophones ne verront aucun problème dans cet énoncé ; mais il s’en trouvera qui préféreront : pour la même raison que la mienne.

    La deuxième formulation exprime une comparaison entre deux termes de même rang syntaxique (la même raison et la mienne), alors que la première corrèle un complément (la même raison) et le sujet (moi) d’un verbe sous-entendu. Cette dissymétrie, parfois ressentie comme peu soignée, ne peut être taxée d’incorrecte. Libre à vous d’en user de la même façon que moi. Ou que la mienne…

    La même question que lui ?...

    Lire la suite

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite