Charles Michel «regrette» le rejet de l’accord sur le Brexit par les députés britanniques

© Photo News
© Photo News

Le Premier ministre Charles Michel a dit mercredi matin «regretter» le vote sur le Brexit intervenu la veille au soir au parlement britannique. Mardi, les députés du Royaume-Uni ont une nouvelle fois rejeté, par 391 voix contre 242, le Traité de retrait de l’UE. «Il est temps que les Britanniques disent enfin ce qu’ils veulent», a-t-il réagi.

«Énorme défaite», «Humiliée», «Hors de contrôle»: la presse britannique tacle Theresa May

«Je regrette ce nouveau vote. Une nouvelle fois, les Britanniques disent ce qu’ils ne veulent pas. Il est temps qu’ils disent ce qu’ils veulent. A présent, la balle est dans le camp britannique. Un nouveau vote est d’ailleurs attendu.»

« Une coopération sécuritaire avec le Royaume-Uni »

Le Premier ministre a aussi dit soutenir les initiatives de la Commission européenne. Côté belge, il a rappelé la démarche de soumettre au parlement des textes visant à préparer la Belgique aux conséquences potentielles d’un Brexit sans accord.

«Nous souhaitons maintenir des relations économiques fortes et une coopération sécuritaire avec le Royaume-Uni. Mais je ne veux pas demain d’une concurrence déloyale des entreprises britanniques

Le risque de sortie sans accord n’a jamais été aussi élevé

Le négociateur en chef de l’UE, Michel Barnier qui est du même avis que le Premier ministre a déclaré mercredi en plénière du Parlement européen que le risque d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne sans accord (no-deal) n’a «jamais été aussi élevé». Après ce nouvel échec les parlementaires se pencheront ce mercredi sur l’éventualité d’un Brexit sans accord puis jeudi, si cette option est rejetée, sur un report de la date du retrait, pour l’instant prévu le 29 mars prochain.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Ce sera avec le PS sans la N-VA ou avec la N-VA sans le PS
» avait dit Elio Di Rupo.

    Elections 2019: la Belgique sera-t-elle ingouvernable?

  2. Sept modèles se détachent, identifiés sur la base de possibles rapports de forces au soir du 26 mai, et au départ de l’échiquier politique francophone.

    De gauche à droite, sept coalitions peuvent émerger après les élections

  3. Le bureau de vote de Limal © Belga

    Elections 2019: les 15 enjeux du triple scrutin

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite