NBA: Russell Westbrook condamné à 25.000 dollars d’amende après ses menaces contre un fan

NBA: Russell Westbrook condamné à 25.000 dollars d’amende après ses menaces contre un fan
AFP

Russell Westbrook, la star d’Oklohama City, a été condamné à une amende de 25.000 dollars (22.000 euros) en raison de l’altercation verbale qu’il a eue avec un fan du Jazz d’Utah, a annoncé mardi la NBA.

Une brève déclaration du vice-président de la ligue de basket nord-américaine, Kiki VanDeWeghe, a confirmé la punition infligée au MVP 2017 pour l’incident qui s’est produit lundi à la Vivint Smart Home Arena de Salt Lake City.

Le Utah Jazz a par ailleurs indiqué que le supporter impliqué avait été banni à vie du stade, invoquant « des insultes verbales excessives et dénigrantes ».

Lors de la victoire lundi du Thunder (89-98) face aux Jazz, Westbrook a menacé un couple de fans de Utah qu’il a ensuite accusés de propos racistes.

« Le jeune homme et sa femme dans les tribunes m’ont dit de me mettre à genoux, comme nous le faisions avant. C’est pour moi l’expression d’un manque total de respect, je pense qu’il y a un caractère racial (dans ses propos), c’est inapproprié », s’est-il défendu dans un communiqué.

« Il y a beaucoup de gens qui viennent à des matchs pour dire des choses irrespectueuses à mon endroit et à celui de ma famille. Pendant de nombreuses années, je n’ai jamais rien dit pour ne pas blesser ou insulter les gens », a-t-il indiqué.

« Tout le monde mérite de pouvoir jouer au basket dans un environnement sûr, positif et inclusif », a déclaré le président du Jazz, Steve Starks, dans un communiqué. Deux joueurs du Jazz, Donovan Mitchell et Thabo Sefolosha, ont également apporté leur soutien à Westbrook.

« En tant qu’homme noir vivant dans une communauté que j’aime et jouant au sein d’une équipe qui me donne l’occasion de réaliser mes rêves, cet incident m’a touché de très près », a ainsi écrit Mitchell.

Shane Keisel, le fan en question, a nié avoir tenu des propos racistes, expliquant avoir dit au joueur de « s’asseoir et mettre de la glace sur ses genoux ».

Entre-temps, le site Ebony.com a révélé des tweets virulents de Keisel envers Westbrook, supprimés depuis. « Westbrook est un morceau de merde sans classe. Quelqu’un doit lui botter le cul », aurait écrit Keisel en avril 2018. Un autre tweet d’octobre dernier disait : « Russell Westbrook doit retourner d’où il vient !! MAGA. (Make America Great Again) »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite