Panne d’électricité au Venezuela: la Chine propose son aide

Président Maduro © EPA
Président Maduro © EPA

La Chine a proposé mercredi au Venezuela de lui apporter son aide face à la gigantesque panne de courant qui paralyse depuis cinq jours le pays sud-américain, confronté à de graves difficultés sanitaires et alimentaires.

Pékin «espère que le Venezuela pourra rapidement identifier la cause de cet accident, et rétablir le courant et l’ordre social à leurs niveaux normaux», a affirmé Lu Kang, porte-parole de la diplomatie chinoise, lors d’une conférence de presse régulière. La Chine, allié économique et diplomatique de Caracas, «est prête à proposer son assistance et un soutien technique pour redémarrer le système électrique» du pays, a-t-il insisté.

Le président Nicolas Maduro a imputé cette panne géante à des «attaques» fomentées par les Etats-Unis, et annoncé la création d’une «commission d’enquête présidentielle» pour laquelle il entend solliciter «l’aide de l’ONU, de la Chine, de la Russie, de l’Iran, de Cuba, pays qui ont une grande expérience des cyber-attaques». La Chine est «très inquiète» des informations faisant état de cyber-attaques, a martelé Lu Kang mercredi, tout en se refusant à mentionner explicitement les Etats-Unis. «Cela ne peut être clarifié, j’en ai peur, que par le pays accusé par le président Maduro», a-t-il cependant souligné.

Le Venezuela est à l’arrêt depuis vendredi matin. Malgré le retour progressif du courant dans plusieurs quartiers de Caracas, la situation reste chaotique pour la population, pour qui se procurer de l’eau et de la nourriture à un prix abordable est devenu une gageure.

Réfutant l’hypothèse d’une attaque informatique, Juan Guaido, le chef de l’opposition qui s’est auto-proclamé président par intérim le 23 janvier, a de son côté dénoncé la «négligence» et à la «corruption» qui auraient pénalisé l’entretien des infrastructures et provoqué la panne.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    La taxe kilométrique, qui en veut?

  2. «
Die Welt
» a pu rencontrer à Moscou, dans une chambre d’hôtel, Edward Snowden, ancien espion et Américain sans passeport réfugié en Russie. L’homme a rendu publique en 2013 la surveillance de masse et globale des communications mise en place par les agences de renseignement américaines, la CIA et la National Security Agency NSA.

    Edward Snowden: «Je n’aurai plus jamais le contrôle de ce qui m’arrive»

  3. POLITICS ECOLO CHAIRMAN ELECTION

    Ecolo: les leçons du passé, pour éviter le ressac

La chronique
  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite