Besix Red parle toujours plus le portugais

Situé au cœur de Lisbonne, le projet Praça de Espanha prévoit la construction côte à côte de deux immeubles.
Situé au cœur de Lisbonne, le projet Praça de Espanha prévoit la construction côte à côte de deux immeubles. - nuno leonidas arquitectos.

Certaines choses ne peuvent pas attendre. Tandis que Besix Red, le pan immobilier du groupe de construction bien connu, avait programmé un point presse pour ce mercredi au Mipim durant lequel il allait faire toute la lumière sur ses développements en Belgique et à l’étranger, l’information est tombée… une semaine plus tôt : Besix Red va construire, avec son partenaire financier, La Compagnie du Bois Sauvage (société patrimoniale cotée en bourse), un ensemble résidentiel de 280 logements au cœur de Lisbonne. C’est le deuxième projet du promoteur dans la capitale portugaise, après un ensemble résidentiel-bureaux de plusieurs dizaines de milliers de m2 encore à construire sur le site de l’Expo universelle.

Ce n’est pas la première fois que les deux entités s’associent sur un projet puisqu’on les retrouve déjà main dans la main sur le projet Oxygen à Auderghem (89 appartements), mais il s’agira bien d’une première expérience à l’étranger, en l’occurrence dans la capitale portugaise, soit l’une des 13 villes où le promoteur est actif… et compte le rester à l’avenir.

Le projet s’intitule « Praça de Espanha » (place d’Espagne) et est localisé dans le quartier Avenidas Novas, l’un des plus prisés de Lisbonne, qui est proche du centre-ville. D’une superficie de 34.000 m2, il se composera de deux phases et prévoit, outre les unités de logement, 420 emplacements de parking en sous-sol.

Chez Besix Red, on insiste sur la cible visée par ce nouveau développement : les clients locaux dotés d’un certain pouvoir d’achat. « Nous concevrons un produit en ligne avec notre philosophie, à savoir un produit d’une grande qualité architecturale et technique destiné non pas uniquement aux nombreux expatriés qui travaillent dans le quartier, mais prioritairement au marché local et plus spécifiquement à sa classe moyenne/moyenne élevée », explique à ce sujet Nicolas Goffin, le responsable du Portugal chez Besix Red, qui a confié la conception du projet au cabinet d’architectes portugais Nuno Leonidas Arquitectos.

Le budget de Praça de Espanha s’élève à 90 millions d’euros. Pour l’heure, aucun prix de vente des logements n’a été communiqué. On signalera que le projet prendra place sur deux terrains juxtaposés avec la construction de deux bâtiments à l’identique.

Il va sans dire que Praça de Espanha fait partie des très beaux projets de Besix Red qui illustrent à merveille la volonté du promoteur d’étendre tout son savoir-faire au-delà de la Belgique.

Ainsi, l’emplacement n’a pas été choisi au hasard. Dans le quartier, on trouve notamment les ambassades des Etats-Unis et du Brésil, mais aussi l’hôpital universitaire. Le musée Calouste-Gulbenkian, considéré comme le meilleur de Lisbonne si pas du Portugal, est tout proche de même que la place d’Espagne, ce qui n’étonnera personne eu égard au nom donné au projet.

Le quartier Avenidas Novas jouit également d’un accès au réseau autoroutier et à la ligne de train qui mène tout droit à la station balnéaire de Cascais, si chère aux Lisboètes. Besix Red espère avancer très vite en besogne puisque le dépôt des permis est prévu pour le mois de mai. Les travaux pourraient démarrer début 2020, pour une livraison deux ans plus tard. Deux agents immobiliers locaux ont déjà été choisis pour procéder à la vente des appartements quand le feu vert sera donné à la commercialisation.

Avec cette nouvelle acquisition, le promoteur belge compte actuellement 26 projets en développement pour une surface approximative de 500.000 m2.

Ce nouveau partenariat avec La Compagnie du Bois Sauvage a de quoi réjouir Gabriel Uzgen, le patron de Besix Red. « Il témoigne de la véritable confiance que notre partenaire nous porte, confie-t-il ainsi. Une confiance acquise grâce à notre expérience en matière de développement immobilier, mais également notre capacité à sécuriser les risques liés à la construction grâce aux filiales du groupe Besix qui participeront au chantier. »

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Immobilier|États-Unis|Belgique
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Nissan a porté plainte au pénal contre Carlos Ghosn, son ancien patron.

    L’avenir de Carlos Ghosn s’assombrit encore un peu plus

  2. 170 kilos, c’est une masse. Qui rend impossibles la course et la marche intensive pendant plus d’un quart d’heure.

    Grand format - Journal d’un obèse: «Vous devez être malheureux pour manger comme ça»

  3. Image=d-20171222-3JPRY5_high

    Le bulletin de Theo Francken: 51%

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite