Jean-Jacques Cloquet déjà de retour à l’aéroport de Charleroi

© Mathieu Golinvaux.
© Mathieu Golinvaux.

Le gouvernement wallon devrait nommer, ce jeudi, Jean-Jacques Cloquet au conseil d’administration de Brussels South Charleroi Airport (BSCA), la société de gestion de l’aéroport de Charleroi qu’il vient de diriger, comme CEO, pendant une dizaine d’années. Parti depuis le mois de janvier comme directeur opérationnel au parc Pairi Daiza, il reviendra donc dans l’organe supérieur de gestion de « son » aéroport.

Il ne sera pas seul. Le même gouvernement devrait également désigner Thomas Dermine comme administrateur de l’aéroport. C’est l’un des responsables du plan de redéploiement économique de la région de Charleroi à travers la cellule Catch, mise en place au lendemain de l’annonce de la fermeture de l’usine Caterpillar implantée à quelques centaines de mètres de l’aéroport à Gosselies.

Structurellement, Jean-Jacques Cloquet se succédera à lui-même au sein du conseil d’administration. Il occupera sa propre place laissée vide par l’application du décret gouvernance qui l’avait « rétrogradé » au rang de directeur général simplement invité au CA. Quant à Thomas Dermine, il remplacera Dominique Demonté, ancien directeur du Bioparc de Charleroi, responsable du comité stratégique Charleroi et devenu récemment directeur d’Agoria Wallonie.

Les deux « nouveaux » arrivent comme administrateurs indépendants, désignés hors quota politique. « L’aéroport est un outil essentiel de l’économie wallonne, ce sont des professionnels qui doivent y siéger, sur base de leurs qualités intrinsèques, de leur valeur ajoutée, explique le ministre wallon en charge des Aéroports, Jean-Luc Crucke (MR). Je ne me suis pas mêlé de la désignation du nouveau directeur général, comme je l’avais dit, mais ici, j’estime que j’ai un peu plus mon mot à dire. Avec ces désignations, le CA va conserver les acquis de Jean-Jacques Cloquet, tant sur la stabilité sociale que sur le développement économique, et, avec Thomas Dermine, il s’offre une vue sur l’avenir de la région de Charleroi. Car il ne faut pas oublier que l’aéroport a beaucoup de défis à relever, notamment en termes d’équilibre financier. L’importance des décisions à prendre réclame de la qualité. »

Immanquablement, la crainte serait de voir l’ancien CEO de l’aéroport ne pas laisser à la nouvelle direction toute la liberté qu’elle est en mesure d’attendre. « On sait que Jean-Jacques Cloquet a son franc-parler, c’est d’ailleurs ce qu’on lui demande, et il a assez de maturité pour faire la part des choses. Par contre ce serait une erreur de se priver de ses connaissances », poursuit le ministre. Quant à la désignation quelques semaines avant les élections régionales et l’éventuel rééquilibrage politique des conseils d’administration dépendant de la Région, Jean-Luc Crucke rappelle que les deux nouveaux administrateurs sont désignés sur quota indépendant et il assume : « Quand on a l’occasion de saisir une belle opportunité, il n’y a pas de temps à perdre. Il y a des décisions importantes à prendre, autant disposer de personnes de qualité pour le faire. »

Verdonck succède à Cloquet

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Sanction économique
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bruxelles-les-Bains a vécu. La faute aux travaux programmés. Et à une volonté de décentralisation.

    Bruxelles-les-Bains, c’est fini: place à Hello Summer

  2. @News

    Antwerp - Standard: Laszlo Bölöni, entre crainte et respect

  3. L’ail des ours fait partie des plantes sauvages dont la consommation est encouragée par l’ASBL Cuisine sauvage.

    Plantes sauvages: un garde-manger gratuit et accessible

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Macron: le prix à payer pour une politique «plus humaine»

    L’intervention d’Emmanuel Macron ce jeudi soir était censée ranimer son quinquennat. Un mandat toujours englué, après deux ans de pouvoir, dans une crise sociale sans fin et une impopularité record. Pas sûr que le but ait été atteint.

    Certes, le moment était grave. Il a su trouver le ton juste pour regretter ses erreurs et retracer un...

    Lire la suite