Restructuration à «L’Avenir»: les critères d’octroi des aides à la presse pas respectés par l’Avenir pour Marcourt

Restructuration à «L’Avenir»: les critères d’octroi des aides à la presse pas respectés par l’Avenir pour Marcourt

Le ministre des Médias en Fédération Wallonie-Bruxelles a jugé mercredi que les Editions de l’Avenir (EdA) n’avaient pas respecté toutes les conditions d’octroi des aides publiques à la presse à l’occasion du conflit social qu’il traverse. Le ministre n’a toutefois pas annoncé de sanctions.

Interpellé mercredi après-midi en séance plénière du Parlement de la Fédération par plusieurs députés sur les remous au sein du groupe de presse, Jean-Claude Marcourt a estimé que la décision de la direction d’EdA de ne pas associer la société des rédacteurs (SDR) aux négociations sociales était contraire à l’article 7 du décret sur l’aide à la presse.

Celui-ci stipule en effet que, si une société interne des journalistes existe dans une entreprise de presse, sa direction a alors l’obligation de «reconnaître celle-ci en qualité d’interlocutrice et la consultera notamment sur les questions qui sont de nature à modifier fondamentalement la ligne rédactionnelle, sur l’organisation des rédactions et sur la désignation du rédacteur en chef».

Devant les députés, le ministre s’est toutefois refusé à envisager pour l’heure des sanctions envers les EdA pour non-respect de cette disposition.

M. Marcourt a dit attendre d’abord les auditions que le Parlement de la Fédération a programmées le 26 mars prochain.

« Immense gravité »

Différents responsables du groupe de presse, ainsi que des représentants des travailleurs et journalistes, doivent en effet être entendus par les députés, choqués par les événements survenus la semaine dernière.

Le personnel de l’Avenir avait observé la semaine passée deux jours de grève après l’annonce de trois licenciements individuels, puis le refus de la direction de faire reparaître le journal tant qu’aucun accord social global ne serait trouvé.

Si l’existence d’une «liste noire» de travailleurs à licencier devait se confirmer, ce serait «inacceptable», a averti mercredi le ministre des Médias. Quant au «lock out» dénoncé par les journalistes du groupe, M. Marcourt a dit vouloir attendre les auditions avant de se faire sa propre opinion à ce sujet.

Pour le ministre Marcourt, le dossier des EdA doit être traité avec une «immense gravité», vu ses implications pour la liberté de la presse en Fédération Wallonie-Bruxelles, mais aussi ses implications pour son personnel et l’avenir de l’entreprise, a-t-il insisté.

«La situation est plus complexe qu’il n’y paraît, mais une solution est à portée de mains», a-t-il conclu.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite