Grève des contrôleurs aériens: le trafic des avions cargos perturbé durant la nuit de mercredi à jeudi

© Mathieu Golinvaux
© Mathieu Golinvaux

Des actions de grogne des contrôleurs aériens de Skeyes devraient se faire sentir dans l’espace aérien belge encore durant la nuit de mercredi à jeudi, alors que de plus larges actions avaient eu lieu à l’appel des syndicats SLFP et CSC-ACV la nuit précédente, indique dans l’après-midi le porte-parole de l’entreprise publique autonome, Dominique Dehaene.

>Grève tournante «surprise» des contrôleurs aériens

C’est surtout le transport aérien cargo vers et depuis Liege Airport qui devrait en pâtir durant quelques heures, précise-t-il. Durant la journée, quelques contrôleurs aériens en «stand-by» manifestaient encore leur mécontentement vis-à-vis de la direction en se croisant les bras, ce qui pouvait poser problème en cas d’équipe opérationnelle incomplète. Mais durant la nuit, il n’y aura carrément «pas assez de personnel pour assurer tous les services» depuis le centre de contrôle CANAC de Steenokkerzeel.

Des actions jusqu’au 23 mars

Depuis ce centre CANAC, les contrôleurs aériens gèrent et veillent à la sécurité du trafic aérien en survol et en approche jusqu’à une certaine altitude (7.500 mètres). L’espace aérien belgo-luxembourgeois surveillé depuis ce centre est divisé en portions, et vu le manque de personnel, l’une d’entre elles, le «secteur est», sera simplement fermée d’1h30 à 4h00, indique Dominique Dehaene. Ce qui n’autorisera concrètement aucune arrivée vers le tarmac de Liege Airport, qui sera le principal aéroport impacté vu l’importance du cargo dans son activité.

Du point de vue de la concertation entre direction et syndicats, la première a invité les seconds mercredi à une nouvelle réunion qui doit avoir lieu jeudi à 14h00, alors que selon le planning initial, les acteurs ne devaient se retrouver que lundi autour de la table. Pas moins d’une vingtaine de griefs, pour la plupart assez anciens, sont listés par le syndicat chrétien dans son préavis de grève, qui couvre les actions jusqu’au 23 mars.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. MontageFederal

    Le bulletin du gouvernement fédéral: les notes des ministres

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Maria Alyokhina sur scène à Edimbourg en Ecosse, le 15 août 2018.

    Marsha, membre des Pussy Riot: «Il faut choisir de ne pas se taire»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite