Thomas De Gendt, nouveau maillot à pois à Paris-Nice: «Je vais essayer de le défendre, mais j’espère aussi remporter une étape» (vidéo)

©Photonews
©Photonews

Thomas De Gendt a été l’un des animateurs de la quatrième étape de Paris-Nice (WorldTour), mercredi. Le coureur de Lotto Soudal était membre de l’échappée partie après 9 kilomètres et a terminé deuxième de l’étape, seulement devancé par le Danois Magnus Cort Nielsen (Astana). En chemin, il a engrangé suffisamment de points pour s’emparer du maillot à pois du meilleur grimpeur. « C’est un maillot de plus dans ma collection », a souri après la course De Gendt.

De Gendt, Cort Nielsen et les Italiens Giulio Ciccone (Trek-Segafredo) et Alessandro De Marchi (CCC) étaient les derniers rescapés de l’échappée. Cort Nielsen a faussé compagnie aux échappés peu après la flamme rouge. « J’ai fait une petite erreur dans le final », a reconnu De Gendt. « Je dois dire que les 13 coureurs de l’échappée ont très bien travaillé toute la journée. Sur la fin, j’ai voulu laisser De Marchi travailler et un petit écart s’est créé… C’est là que Cort Nielsen a commencé son sprint. Je n’ai jamais pu reprendre sa roue », a expliqué notre compatriote. « Il était le plus fort, mais j’ai commis une erreur. »

De Gendt se console en étant le nouveau leader du classement du meilleur grimpeur avec 27 points, 6 de plus que le Français Damien Gaudin. « J’ai porté le maillot à pois de nombreuses fois dans ma carrière, et j’en ai pas mal sur Paris-Nice… Cela en fera un de plus dans ma collection. Je vais essayer de le défendre, mais j’espère aussi remporter une étape, c’est encore mieux. »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Donald Trump lance sa campagne 2020

    Donald Trump lance sa campagne présidentielle 2020, sans changer un iota à la stratégie de 2016

  2. La Belgique a bien mal joué dans le dossier du F-35.

    F-35: l’industrie belge refuse d’être le dindon de la farce

  3. Alda Greoli
: « Aujourd’hui, la manière dont on demande aux artistes de prouver leur occupation n’est pas juste. »

    Alda Greoli boucle ses derniers dossiers: «Le statut d’artiste, enjeu majeur au… fédéral»

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite