La régionale liégeoise de la FGTB rejette le projet d’accord interprofessionnel et appelle à la grève

La régionale liégeoise de la FGTB rejette le projet d’accord interprofessionnel et appelle à la grève

Les 118 délégués de la FGTB Liège-Huy-Waremme ont unanimement rejeté le projet d’accord interprofessionnel 2019-2020 négocié par le Groupe des 10 fin février. La régionale plaidera, au sein du syndicat socialiste, pour une grève de minimum 24 heures en faveur du pouvoir d’achat avant la fin du mois d’avril, a-t-elle annoncé mercredi.

«La marge salariale de 1,1% est insuffisante. Elle ne permet pas une augmentation du pouvoir d’achat à la hauteur des besoins de la population», dénonce le comité régional, appuyant ainsi l’opposition de la Centrale générale liégeoise exprimée mardi. «Une augmentation de 10 centimes de l’heure ne peut pas être considérée comme une avancée.»

Les propositions en matière de mobilité sont également jugées insuffisantes.

Enfin, l’évolution des allocations sociales ne peut pas être associée au projet d’accord interprofessionnel, estime-t-on.

«Seul un plan d’actions fort, interprofessionnel et national permettra d’obtenir du patronat une augmentation du pouvoir d’achat à la hauteur de ce que les travailleurs méritent au regard de leur contribution dans les richesses créées», conclut la régionale liégeoise du syndicat socialiste.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Le président Trump aux petits soins pour Paula White dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche.

    Paula White, la télévangéliste qui a signé un pacte avec Trump

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite