Espagne: réouverture d’un restaurant étoilé après une possible intoxication mortelle

Espagne: réouverture d’un restaurant étoilé après une possible intoxication mortelle

Le Riff, restaurant étoilé de Valence, en Espagne, qui a fermé ses portes durant trois semaines après le décès d’une cliente suite à une possible intoxication alimentaire, a rouvert mercredi, a annoncé son chef allemand Bernd H. Knoller.

> Une femme meurt après un repas dans un restaurant étoilé en Espagne

«Le restaurant a passé deux inspections sanitaires. La deuxième et la plus récente des deux, à notre demande. Je voulais être sûr à 100% (même si je sais qu’aucun restaurant ne peut garantir 100% de sécurité)», a écrit le chef en allemand, espagnol et anglais sur son compte Twitter.

«Les autorités sanitaires nous ont assuré à tout moment, depuis la première inspection, qu’il n’y avait aucune raison que le restaurant reste fermé», a-t-il ajouté, disant rouvrir le restaurant car il est «convaincu de pouvoir assurer la plus grande sécurité (sanitaire) à (ses) clients et (ses) employés».

La cliente de 46 ans était morte le dimanche 17 février après avoir mangé dans le restaurant, selon les autorités régionales. Son mari et son fils de 12 ans, qui avaient mangé avec elle, ont également souffert d’une intoxication alimentaire mais se sont remis.

Une enquête est en cours sur ce décès. Personne n’a été inculpé.

Champignons chinois

Selon les autorités régionales, soixante-quinze personnes ayant mangé dans ce même établissement entre le 13 et le 16 février ont été interrogées et, au total, 29 cas d’intoxication ont été détectés.

Les médias espagnols avaient indiqué que la cliente décédée et sa famille avaient mangé des champignons au Riff, censés provenir d’Espagne mais venant en réalité de Chine.

Knoller a indiqué mercredi que ces champignons avaient été achetés à un fournisseur espagnol avec qui il travaillait depuis 28 ans. «Les champignons semblaient être en parfait état et nous n’avons jamais pensé qu’ils pouvaient venir d’un autre pays que l’Espagne», a-t-il dit sur Twitter.

«Importer des choses pouvant être trouvées en Espagne ne fait pas partie de la philosophie ou des pratiques du Riff», a-t-il encore dit.

Ouvert en 2001, ce restaurant avait obtenu en 2009 une étoile au guide Michelin.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel a trouvé un compromis pour le casting ministériel. En sera-t-il de même pour la présidence du MR
?

    MR: après le casting ministériel, le combat présidentiel

  2. A Bruxelles et en Wallonie, l’informateur royal Johan Vande Lanotte se place dans le top 5 des hommes politiques appréciés de la population.

    Grand Baromètre: le retour en grâce de Vande Lanotte à Bruxelles et en Wallonie

  3. Josse De Pauw dans « La Mémoire  des arbres ».

    Le Théâtre National dans le viseur des Russes

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite