Espagne: réouverture d’un restaurant étoilé après une possible intoxication mortelle

Espagne: réouverture d’un restaurant étoilé après une possible intoxication mortelle

Le Riff, restaurant étoilé de Valence, en Espagne, qui a fermé ses portes durant trois semaines après le décès d’une cliente suite à une possible intoxication alimentaire, a rouvert mercredi, a annoncé son chef allemand Bernd H. Knoller.

> Une femme meurt après un repas dans un restaurant étoilé en Espagne

«Le restaurant a passé deux inspections sanitaires. La deuxième et la plus récente des deux, à notre demande. Je voulais être sûr à 100% (même si je sais qu’aucun restaurant ne peut garantir 100% de sécurité)», a écrit le chef en allemand, espagnol et anglais sur son compte Twitter.

«Les autorités sanitaires nous ont assuré à tout moment, depuis la première inspection, qu’il n’y avait aucune raison que le restaurant reste fermé», a-t-il ajouté, disant rouvrir le restaurant car il est «convaincu de pouvoir assurer la plus grande sécurité (sanitaire) à (ses) clients et (ses) employés».

La cliente de 46 ans était morte le dimanche 17 février après avoir mangé dans le restaurant, selon les autorités régionales. Son mari et son fils de 12 ans, qui avaient mangé avec elle, ont également souffert d’une intoxication alimentaire mais se sont remis.

Une enquête est en cours sur ce décès. Personne n’a été inculpé.

Champignons chinois

Selon les autorités régionales, soixante-quinze personnes ayant mangé dans ce même établissement entre le 13 et le 16 février ont été interrogées et, au total, 29 cas d’intoxication ont été détectés.

Les médias espagnols avaient indiqué que la cliente décédée et sa famille avaient mangé des champignons au Riff, censés provenir d’Espagne mais venant en réalité de Chine.

Knoller a indiqué mercredi que ces champignons avaient été achetés à un fournisseur espagnol avec qui il travaillait depuis 28 ans. «Les champignons semblaient être en parfait état et nous n’avons jamais pensé qu’ils pouvaient venir d’un autre pays que l’Espagne», a-t-il dit sur Twitter.

«Importer des choses pouvant être trouvées en Espagne ne fait pas partie de la philosophie ou des pratiques du Riff», a-t-il encore dit.

Ouvert en 2001, ce restaurant avait obtenu en 2009 une étoile au guide Michelin.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite