Brexit: le parlement britannique vote, à quatre voix près, contre une sortie de l’Union Européenne sans accord

Brexit: le parlement britannique vote, à quatre voix près, contre une sortie de l’Union Européenne sans accord

Les députés britanniques ont rejeté d’extrême justesse l’option d’un Brexit sans accord mercredi soir, un vote qui ouvre la voie à une demande de report de la sortie de l’UE.

312 députés ont voté contre cette possibilité tandis que 308 ont voté pour, au lendemain du rejet de l’accord de divorce conclu par la Première ministre Theresa May avec Bruxelles.

Ce faisant, les députés ont adopté une position plus catégorique que ce que préconisait la Première ministre Theresa May, lui infligeant un nouveau camouflet après le second rejet, mardi, du plan de retrait qu’elle leur soumettait.

Le no-deal pas écarté pour autant

La motion que Mme May espérait faire passer ce mercredi soir indiquait seulement qu’un Brexit sans accord négocié devait être exclu le 29 mars. L’amendement approuvé va plus loin en affirmant que le no-deal ne peut être une option, en aucune circonstance.

Proposé par des députés pro-Brexit, dont des élus du parti de Mme May, l’amendement approuvé l’a été par 312 voix contre 308.

A cette annonce, la livre sterling, en hausse depuis le début de la séance européenne, est montée un peu plus.

Le spectre d’un no-deal n’est pas écarté pour autant, cet amendement ne revêtant pas la force d’une loi contraignante.

Les députés doivent à présent se prononcer jeudi, dans leur troisième vote de la semaine, sur une demande de report «limité» du Brexit. Celle-ci devra cependant obtenir l’aval de l’Union européenne, qui presse le Royaume-Uni de préciser ce qu’il veut.

L’Union européenne serait «prête à envisager» l’octroi d’un délai si le Royaume-Uni présentait une requête «motivée», a fait savoir la Commission européenne. Les 27 pays de l’UE devront donner leur accord à l’unanimité.

>Nos dernières informations  :

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. parlement (3)

    Les ex-députés fédéraux se ruent vers les indemnités de sortie

  2. NETHYS

    Nethys: après le grand déballage, des questions en suspens

  3. Les jeunes acteurs « maintenant, savent déjà plus de la vie,  du sexe, des drogues, de la politique que moi à leur âge. »

    Woody Allen au «Soir»: «Tant que je pourrai tourner, je le ferai partout où je peux»

La chronique
  • Réchauffement climatique: la faillite de la démocratie

    Avec les manifestations des jeunes pour le climat, au printemps, certains ont cru que la démocratie allait faire la preuve de son efficacité en matière environnementale. Après des décennies d’aveuglement, d’errance ou d’atermoiement, la priorité climatique, au moins, serait propulsée en tête de tous les agendas politiques, en particulier en Europe avec le scrutin du 26 mai.

    Un thème qui peine à s’imposer

    Les écologistes ont fait des percées remarquables dans certains pays, mais ils n’ont obtenu que 10 % des sièges au Parlement européen, comme si les citoyens ne se résolvaient pas à placer l’environnement en tête de leurs préoccupations malgré le matraquage médiatique sur la question du climat. Il est vrai que les Verts n’ont plus le monopole...

    Lire la suite

  • Nethys: le départ de Stéphane Moreau ne règle pas tout, loin de là

    Et voilà, c’est fait ! La Wallonie a la réponse à la question la plus souvent posée depuis trois ans : « Quand Stéphane Moreau va-t-il quitter la direction de la société liégeoise Nethys ? » Lundi, le président du conseil d’administration Pierre Meyers n’a pas tourné autour du pot : « Vous voulez savoir ? Eh bien on va vous le dire ! En termes crus, quand les opérations de privatisation seront accomplies, il ne sera plus là. On met fin à son contrat sans indemnité, sans parachute et sans...

    Lire la suite