Brexit: le parlement britannique vote, à quatre voix près, contre une sortie de l’Union Européenne sans accord

Brexit: le parlement britannique vote, à quatre voix près, contre une sortie de l’Union Européenne sans accord

Les députés britanniques ont rejeté d’extrême justesse l’option d’un Brexit sans accord mercredi soir, un vote qui ouvre la voie à une demande de report de la sortie de l’UE.

312 députés ont voté contre cette possibilité tandis que 308 ont voté pour, au lendemain du rejet de l’accord de divorce conclu par la Première ministre Theresa May avec Bruxelles.

Ce faisant, les députés ont adopté une position plus catégorique que ce que préconisait la Première ministre Theresa May, lui infligeant un nouveau camouflet après le second rejet, mardi, du plan de retrait qu’elle leur soumettait.

Le no-deal pas écarté pour autant

La motion que Mme May espérait faire passer ce mercredi soir indiquait seulement qu’un Brexit sans accord négocié devait être exclu le 29 mars. L’amendement approuvé va plus loin en affirmant que le no-deal ne peut être une option, en aucune circonstance.

Proposé par des députés pro-Brexit, dont des élus du parti de Mme May, l’amendement approuvé l’a été par 312 voix contre 308.

A cette annonce, la livre sterling, en hausse depuis le début de la séance européenne, est montée un peu plus.

Le spectre d’un no-deal n’est pas écarté pour autant, cet amendement ne revêtant pas la force d’une loi contraignante.

Les députés doivent à présent se prononcer jeudi, dans leur troisième vote de la semaine, sur une demande de report «limité» du Brexit. Celle-ci devra cependant obtenir l’aval de l’Union européenne, qui presse le Royaume-Uni de préciser ce qu’il veut.

L’Union européenne serait «prête à envisager» l’octroi d’un délai si le Royaume-Uni présentait une requête «motivée», a fait savoir la Commission européenne. Les 27 pays de l’UE devront donner leur accord à l’unanimité.

>Nos dernières informations  :

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite