Géorgie: arrestation de deux hommes soupçonnés de trafic d’uranium

Géorgie: arrestation de deux hommes soupçonnés de trafic d’uranium

Les autorités de Géorgie ont annoncé mercredi avoir arrêté deux hommes soupçonnés d’avoir tenté de vendre de l’uranium radioactif pour une valeur de 2,8 millions de dollars (2,4 millions d’euros).

Il s’agit de la dernière d’une série de saisies de matériaux radioactifs dans cette ancienne république soviétique.

Les services de sécurité géorgiens ont précisé que le trafic portait sur 40 grammes d’uranium 238.

Cette matière radioactive ne peut pas servir à fabriquer une arme nucléaire mais peut être utilisée pour confectionner une bombe dite « sale », c’est-à-dire un engin explosif conventionnel capable de répandre des poussières radioactives toxiques.

Crainte des extrémistes

Les deux suspects ont été appréhendés à Kobuleti, une station balnéaire de la Mer noire, a précisé à des journalistes l’enquêteur Savle Motiashvili.

S’ils sont reconnus coupables, ils risquent jusqu’à 10 ans de prison.

Cette saisie ravive les craintes de voir des extrémistes s’emparer de substances radioactives non sécurisées – à des fins de terrorisme ou de chantage – dans les pays issus de l’ex-Union soviétique comme la Géorgie ou l’Arménie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Dominique Leroy, remerciée par le personnel de Proximus lors de son arrivée au siège de l’entreprise ce jeudi. Le parquet, lui, enquête.

    La sortie très chahutée de Dominique Leroy

  2. Pierre-Yves Dermagne

    Vente de Voo et de Win: l’Arc-en-ciel reprend le contrôle dans l’affaire Nethys

  3. Une vaste opération de démantèlement du réseau IPTV en Europe a permis de fermer plusieurs centaines de serveurs utilisés pour le piratage.

    Le vrai ou faux: existe-t-il des risques pour l’utilisateur de l’IPTV?

La chronique
  • Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

    La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

    Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et...

    Lire la suite