Géorgie: arrestation de deux hommes soupçonnés de trafic d’uranium

Géorgie: arrestation de deux hommes soupçonnés de trafic d’uranium

Les autorités de Géorgie ont annoncé mercredi avoir arrêté deux hommes soupçonnés d’avoir tenté de vendre de l’uranium radioactif pour une valeur de 2,8 millions de dollars (2,4 millions d’euros).

Il s’agit de la dernière d’une série de saisies de matériaux radioactifs dans cette ancienne république soviétique.

Les services de sécurité géorgiens ont précisé que le trafic portait sur 40 grammes d’uranium 238.

Cette matière radioactive ne peut pas servir à fabriquer une arme nucléaire mais peut être utilisée pour confectionner une bombe dite « sale », c’est-à-dire un engin explosif conventionnel capable de répandre des poussières radioactives toxiques.

Crainte des extrémistes

Les deux suspects ont été appréhendés à Kobuleti, une station balnéaire de la Mer noire, a précisé à des journalistes l’enquêteur Savle Motiashvili.

S’ils sont reconnus coupables, ils risquent jusqu’à 10 ans de prison.

Cette saisie ravive les craintes de voir des extrémistes s’emparer de substances radioactives non sécurisées – à des fins de terrorisme ou de chantage – dans les pays issus de l’ex-Union soviétique comme la Géorgie ou l’Arménie.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite