Géorgie: arrestation de deux hommes soupçonnés de trafic d’uranium

Géorgie: arrestation de deux hommes soupçonnés de trafic d’uranium

Les autorités de Géorgie ont annoncé mercredi avoir arrêté deux hommes soupçonnés d’avoir tenté de vendre de l’uranium radioactif pour une valeur de 2,8 millions de dollars (2,4 millions d’euros).

Il s’agit de la dernière d’une série de saisies de matériaux radioactifs dans cette ancienne république soviétique.

Les services de sécurité géorgiens ont précisé que le trafic portait sur 40 grammes d’uranium 238.

Cette matière radioactive ne peut pas servir à fabriquer une arme nucléaire mais peut être utilisée pour confectionner une bombe dite « sale », c’est-à-dire un engin explosif conventionnel capable de répandre des poussières radioactives toxiques.

Crainte des extrémistes

Les deux suspects ont été appréhendés à Kobuleti, une station balnéaire de la Mer noire, a précisé à des journalistes l’enquêteur Savle Motiashvili.

S’ils sont reconnus coupables, ils risquent jusqu’à 10 ans de prison.

Cette saisie ravive les craintes de voir des extrémistes s’emparer de substances radioactives non sécurisées – à des fins de terrorisme ou de chantage – dans les pays issus de l’ex-Union soviétique comme la Géorgie ou l’Arménie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Lionel Messi veilli par l’application FaceApp.

    Ce que FaceApp vous dit (tout bas) sur l’utilisation qu’elle fait de vos photos

  2. Louis Michel et Laurette Onkelinx.

    «Chez Laurette et Louis», le casting politique de LN24

  3. l’état d’urgence «
sécheresse
» n’est pas déclaré, mais une réunion de crise est prévue le 25 juillet prochain.

    Agriculture: comme un avant-goût de sécheresse

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite