Géorgie: arrestation de deux hommes soupçonnés de trafic d’uranium

Géorgie: arrestation de deux hommes soupçonnés de trafic d’uranium

Les autorités de Géorgie ont annoncé mercredi avoir arrêté deux hommes soupçonnés d’avoir tenté de vendre de l’uranium radioactif pour une valeur de 2,8 millions de dollars (2,4 millions d’euros).

Il s’agit de la dernière d’une série de saisies de matériaux radioactifs dans cette ancienne république soviétique.

Les services de sécurité géorgiens ont précisé que le trafic portait sur 40 grammes d’uranium 238.

Cette matière radioactive ne peut pas servir à fabriquer une arme nucléaire mais peut être utilisée pour confectionner une bombe dite « sale », c’est-à-dire un engin explosif conventionnel capable de répandre des poussières radioactives toxiques.

Crainte des extrémistes

Les deux suspects ont été appréhendés à Kobuleti, une station balnéaire de la Mer noire, a précisé à des journalistes l’enquêteur Savle Motiashvili.

S’ils sont reconnus coupables, ils risquent jusqu’à 10 ans de prison.

Cette saisie ravive les craintes de voir des extrémistes s’emparer de substances radioactives non sécurisées – à des fins de terrorisme ou de chantage – dans les pays issus de l’ex-Union soviétique comme la Géorgie ou l’Arménie.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bruxelles-les-Bains a vécu. La faute aux travaux programmés. Et à une volonté de décentralisation.

    Bruxelles-les-Bains, c’est fini: place à Hello Summer

  2. @News

    Antwerp - Standard: Laszlo Bölöni, entre crainte et respect

  3. L’ail des ours fait partie des plantes sauvages dont la consommation est encouragée par l’ASBL Cuisine sauvage.

    Plantes sauvages: un garde-manger gratuit et accessible

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Macron: le prix à payer pour une politique «plus humaine»

    L’intervention d’Emmanuel Macron ce jeudi soir était censée ranimer son quinquennat. Un mandat toujours englué, après deux ans de pouvoir, dans une crise sociale sans fin et une impopularité record. Pas sûr que le but ait été atteint.

    Certes, le moment était grave. Il a su trouver le ton juste pour regretter ses erreurs et retracer un...

    Lire la suite