Géorgie: arrestation de deux hommes soupçonnés de trafic d’uranium

Géorgie: arrestation de deux hommes soupçonnés de trafic d’uranium

Les autorités de Géorgie ont annoncé mercredi avoir arrêté deux hommes soupçonnés d’avoir tenté de vendre de l’uranium radioactif pour une valeur de 2,8 millions de dollars (2,4 millions d’euros).

Il s’agit de la dernière d’une série de saisies de matériaux radioactifs dans cette ancienne république soviétique.

Les services de sécurité géorgiens ont précisé que le trafic portait sur 40 grammes d’uranium 238.

Cette matière radioactive ne peut pas servir à fabriquer une arme nucléaire mais peut être utilisée pour confectionner une bombe dite « sale », c’est-à-dire un engin explosif conventionnel capable de répandre des poussières radioactives toxiques.

Crainte des extrémistes

Les deux suspects ont été appréhendés à Kobuleti, une station balnéaire de la Mer noire, a précisé à des journalistes l’enquêteur Savle Motiashvili.

S’ils sont reconnus coupables, ils risquent jusqu’à 10 ans de prison.

Cette saisie ravive les craintes de voir des extrémistes s’emparer de substances radioactives non sécurisées – à des fins de terrorisme ou de chantage – dans les pays issus de l’ex-Union soviétique comme la Géorgie ou l’Arménie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    La taxe kilométrique, qui en veut?

  2. «
Die Welt
» a pu rencontrer à Moscou, dans une chambre d’hôtel, Edward Snowden, ancien espion et Américain sans passeport réfugié en Russie. L’homme a rendu publique en 2013 la surveillance de masse et globale des communications mise en place par les agences de renseignement américaines, la CIA et la National Security Agency NSA.

    Edward Snowden: «Je n’aurai plus jamais le contrôle de ce qui m’arrive»

  3. POLITICS ECOLO CHAIRMAN ELECTION

    Ecolo: les leçons du passé, pour éviter le ressac

La chronique
  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite